Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris

le
0
LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE PARIS
LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE PARIS

PARIS (Reuters) - Les valeurs suivies mercredi à la Bourse de Paris, qui a clôturé en légère baisse avant la fin de la réunion de deux jours du comité de politique monétaire de la Fed (FOMC). Le CAC a atteint en matinée un nouveau plus haut de cinq ans à la faveur de résultats d'entreprises meilleurs qu'attendu.

L'indice CAC 40 a fini en repli de 0,09% à 4.274,11 points après avoir atteint en séance 4.309,92 points, nouveau plus haut depuis septembre 2008.

* Les VALEURS FINANCIÈRES ont été délaissées sur fond de dégagements avant le communiqué de la Fed, l'indice Stoxx du secteur bancaire en zone euro (-0,62%) ayant progressé de 41% entre le 3 juillet et le 22 octobre.

BNP PARIBAS a reculé de 1,38% à 52,77 euros, AXA de 0,77% à 18,125 euros, CRÉDIT AGRICOLE de 0,48% à 8,692 euros et SOCIÉTÉ GÉNÉRALE de 0,12% à 40,755 euros.

* De nombreuses VALEURS offrant un profil DÉFENSIF ont fini en baisse, les investisseurs espérant une poursuite de l'assouplissement quantitatif destiné à soutenir l'économie américaine à l'issue de la réunion du FOMC.

DANONE a cédé 2,73% à 54,23 euros, plus forte baisse du CAC 40, UNIBAIL-RODAMCO 2,01% à 192,50 euros, ORANGE 1,98% à 10,165 euros et AIR LIQUIDE 1,28% à 100 euros. L'indice Stoxx du secteur immobilier européen a lâché 0,93%, plus forte baisse sectorielle en Europe devant ceux des télécoms (-0,8%) et de l'agroalimentaire (-0,62%).

* En revanche, SANOFI (+2,44% à 77,55 euros) a fini en tête des hausses du CAC 40 dans des volumes figurant parmi les plus élevés de l'indice phare parisien avec 1,9 fois leur moyenne quotidienne des trois derniers mois, le groupe pharmaceutique anticipant un retour de la croissance de ses ventes dès la fin de cette année malgré un nouvel avertissement sur ses résultats annuels.

* EADS a progressé de 1,93% à 50,28 euros. L'objectif d'Airbus de vendre 25 A380 cette année reste valide malgré l'absence de commandes depuis le début de l'année, a déclaré aux Echos le président exécutif de l'avionneur Fabrice Brégier, qui s'est montré toutefois plus prudent sur la production du très gros porteur.

* Le SECTEUR AUTOMOBILE européen (+1,08%) a signé la plus forte progression sectorielle en Europe avec Volkswagen (+4,95%), qui a annoncé un bénéfice d'exploitation en hausse de 20% au troisième trimestre grâce aux ventes record de ses marques Audi et Porsche (+5,85%).

RENAULT a fini en hausse de 0,91% à 64,61 euros, MICHELIN de 0,63% à 77,26 euros et PLASTIC OMNIUM de 2,419% à 21,17 euros.

* Le SECTEUR européen des RESSOURCES DE BASE a grimpé de 0,63% dans le sillage des cours du cuivre (+1,3% vers 18h15), dopés par les espoirs du marché concernant la politique monétaire de la Fed.

ARCELORMITTAL a avancé de 1,23% à 11,50 euros, ERAMET de 1,12% à 69,62 euros et APERAM de 0,44% à 12,445 euros.

* EUTELSAT COMMUNICATIONS (+5,61% à 23,235 euros), plus forte hausse du SBF 120, a annoncé une hausse de son chiffre d'affaires au premier trimestre de son exercice 2013-2014 grâce aux services à valeur ajoutée et confirmé ses objectifs pour les trois exercices à venir.

* STERIA a été recherchée (+5,3% à 13,72 euros dans des volumes ayant représenté 3,6 fois leur moyenne quotidienne des trois derniers mois), la direction du groupe de services informatiques ayant rassuré les investisseurs sur son avenir lors d'une conférence téléphonique avec les analyses malgré une publication trimestrielle jugée, elle, décevante.

* UBISOFT a pris 3,7% à 9,25 euros, la valeur rebondissant sur un support technique vers 8,8 euros pour tester une résistance à 9,3 euros.

* NEXITY s'est adjugé 2,49% à 28,80 euros après avoir annoncé une baisse légèrement moins marquée que prévu de son chiffre d'affaires au troisième trimestre, permettant au promoteur d'enregistrer une croissance de 1,9% de son activité sur les neuf premiers mois de l'année grâce à l'immobilier d'entreprise.

Société générale a relevé son conseil de "conserver" à "achat" sur le titre, le broker estimant que le potentiel de hausse s'est reconstitué sur la valeur à la suite de la baisse du cours sur les trois derniers mois.

* MAUREL ET PROM a gagné 2,35% à 12,17 euros après l'annonce par le groupe d'une hausse de 36% de son chiffre d'affaires sur neuf mois et la poursuite de la progression de sa production de pétrole au troisième trimestre.

* IPSEN (+1,65% à 32,05 euros) a confirmé ses objectifs 2013 après un troisième trimestre marqué par une hausse de 1,1% de son chiffre d'affaires, à la faveur d'une solide progression dans la médecine de spécialité qui assure la plus grande partie de ses ventes.

* M6 a lâché 4,17% à 16,545 euros, plus forte baisse du SBF 120 malgré une hausse de 3,7% de son chiffre d'affaires au troisième trimestre, au cours duquel les recettes publicitaire de la chaîne ont renoué avec la croissance.

Gilbert Dupont estime dans une note à 9,2% la marge opérationnelle courante à fin septembre, soit une baisse de 3,1 points. "Cette dégradation de la rentabilité au troisième trimestre valide notre scénario d'une marge sous pression au second semestre en raison d'une forte hausse du coût de grille et des pertes de lancement de 6Ter", ajoute la société de Bourse.

* NICOX a fini en repli de 1,42% à 2,50 euros, la biotech ayant fait état d'une perte accrue sur neuf mois et d'une trésorerie en baisse.

* BLUE SOLUTIONS a démarré en trombe. La filiale de batteries électriques du groupe Bolloré (+0,88% à 400 euros) a fini à 20,96 euros sa première séance de cotation, une hausse de 44,55% par rapport au prix d'introduction de 14,5 euros par action.

* MERSEN a fait un bond de 10,2% à 26,80 euros après avoir confirmé ses objectifs pour 2013 au vu notamment d'une légère amélioration du marché du solaire. Plusieurs brokers ont relevé leurs objectifs de cours.

* ASSYSTEM s'est octroyé 4,88% à 20,20 euros dans des volumes ayant représenté 10,2 fois leur moyenne quotidienne des trois derniers mois. La société d'ingénierie et de conseil en innovation s'est ainsi négocié à un prix supérieur à celui de l'OPA annoncée la veille par le fondateur du groupe, soit 20 euros par action.

Alexandre Boksenbaum-Granier et Raoul Sachs, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant