Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris

le
0
LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE PARIS
LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE PARIS

Paris (Reuters) - Les valeurs du jour jeudi à la Bourse de Paris, qui a clôturé en repli dans le sillage de Wall Street et de la baisse de l'euro alors que Mario Draghi, le président de la BCE, a prévenu que l'économie de la zone euro devrait rester faible en début d'année.

L'indice CAC 40 a fini en baisse de 1,15% à 3.601,05 points.

* Les BANQUES de la zone euro (-1,18%) ont fait parti des principales victimes en Bourse du retrait des investisseurs des actifs risqués après les propos de Mario Draghi sur la croissance de la zone euro.

BNP PARIBAS a abandonné 1,8% à 43,565 euros, SOCIÉTÉ GÉNÉRALE 1,41% à 31,055 euros et CRÉDIT AGRICOLE 1,22% à 6,874 euros.

* SANOFI (-3,99% à 66,60 euros) a accusé la plus forte baisse du CAC 40 après l'annonce d'un recul des bénéfices en 2012 sous le poids des pertes des brevets de ses grands médicaments.

Dans son sillage, l'indice Stoxx du secteur européen des valeurs pharmaceutiques a lâché 0,78%.

* ALCATEL LUCENT a fini en baisse de 4,86%, plus forte baisse du SBF 120, à 1,232 euro, après avoir gagné jusqu'à 11% en séance, les investisseurs américains réagissant assez mal à une perte nette plus forte qu'attendu en 2012 de l'équipementier télécoms, qui a annoncé le départ de son directeur général, Ben Verwaayen.

En Europe, le marché avait auparavant salué les réductions de coûts, la hausse du carnet de commandes et la résolution des problèmes de liquidités à court terme.

* STMICROELECTRONICS a encore perdu 2,4% à 6,229 euros, portant à plus de 6% son recul depuis le début de la semaine, la valeur n'ayant pas réussi à franchir une résistance technique autour de 6,50 euros vendredi.

* A rebours de tendance, EADS (+1,38% à 35,305 euros) a profité de la baisse de l'euro retombé à 1,3388 dollar, contre plus de 1,37 dollar au début du mois.

* Dans ce contexte d'incertitudes et de craintes, des VALEURS offrant un profil DÉFENSIF ont été recherchées, comme VEOLIA ENVIRONNEMENT (+1,03% à 9,612 euros), DANONE (+0,63% à 50,21 euros) ou FRANCE TÉLÉCOM (+0,47% à 7,888 euros), également dopé par les résultats jugés rassurants de Vodafone (+0,881%).

* Le SECTEUR AUTOMOBILE européen (+1,11%) a profité des annonces de Daimler (+2,78%), le constructeur allemand, qui maintient son dividende après avoir atteint ses objectifs pour 2012, anticipant des résultats globalement stables pour cette année.

MICHELIN a progressé de 0,55% à 69,01 euros, PLASTIC OMNIUM de 2,956% à 29,955 euros et PSA 1,08% à 5,873 euros.

* NEXITY a pris 5,89% à 24 euros, le promoteur immobilier signant la plus forte hausse du SBF 120 dans des volumes représentant plus de neuf fois leur moyenne quotidienne des trois derniers mois alors que le gouvernement souhaite amener l'assurance vie à financer la construction de logements neufs, via des incitations fiscales.

* SCOR (+2,38% à 21,715 euros dans des volumes représentant plus du double de leur moyenne quotidienne des trois derniers mois) a été soutenue par le niveau de renouvellements de contrats en janvier enregistrée dans ses activités de réassurance dommages.

* AIR FRANCE-KLM a avancé de 1,72% à 8,213 euros. Le trafic est resté globalement stable en janvier malgré les intempéries à l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle qui ont perturbé les liaisons européennes de la compagnie. Le trafic de KLM a également été perturbé par la neige à Amsterdam.

* GFI INFORMATIQUE s'est octroyé 4,64% à 3,16 euros après avoir dit tabler sur une hausse de son activité et de sa rentabilité en 2013. Le groupe a également confirmé viser une progression de sa marge opérationnelle en 2012 après avoir fait état d'un chiffre d'affaires annuel en hausse de 8%.

* GROUPE CRIT a bondi de 7,56% à 16,79 euros. Le spécialiste français du travail temporaire a fait état mercredi soir d'une baisse de 1,5% de son chiffre d'affaires en 2012 (-6,3% à périmètre constant), la faiblesse de l'activité en France n'ayant pas été compensée par la forte croissance à l'international. Le groupe s'est dit prudent pour 2013 mais a indiqué avoir des perspectives favorables à l'international grâce à sa stratégie d'acquisitions et la bonne tenue du marché nord-américain.

Alexandre Boksenbaum-Granier et Raoul Sachs, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant