Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris

le
0
LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE PARIS
LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE PARIS

PARIS (Reuters) - Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris, où l'indice CAC 40 a pris 1,37% à 3.439,62 points (+1,97% sur la semaine), soutenu par un regain de confiance dans la capacité de la Grèce à obtenir un deuxième plan d'aide lui permettant d'éviter un défaut désordonné.

* LAFARGE a bondi de 8,26% à 34,46 euros après avoir réduit de 14% sa dette nette en 2011, grâce notamment à sa sortie de l'activité plâtre, et avoir annoncé son intention de poursuivre en 2012 ses cessions d'actifs et d'accélérer ses mesures d'économies dans le cadre de son désendettement.

Le titre profite en outre de la bonne orientation des valeurs cycliques, avec un indice européen de la construction et des matériaux en hausse de 2,94%.

* SAINT-GOBAIN (+5,1% à 36,70 euros) a, lui aussi, tiré profit de la progression du secteur alors que le groupe a dit s'attendre à un ralentissement de la croissance de son activité en 2012, dans un environnement économique incertain.

* Parmi les autres secteurs cycliques en nette progression, a figuré l'AUTOMOBILE (+2,95%, plus forte progression sectorielle en Europe)."Le secteur sur-réagit désormais au reste du marché, et quand ce dernier est un peu orienté à la hausse, l'automobile explose", explique un analyste à Paris.

Dans ce contexte, RENAULT a encore gagné 5,21% à 39,795 euros, portant à 12,1% sa hausse en trois séances, encore porté par ses résultats. Crédit suisse, JPMorgan, Kepler et Oddo Securities ont relevé leur objectif de cours sur Renault.

PSA a avancé de 4,57% à 14,525 euros, MICHELIN de 4,21% à 54,68 euros et, hors CAC, FAURECIA de 5,87% à 20,19 euros.

* Les VALEURS BANCAIRES, dont les cours sont étroitement corrélés aux évolutions des négociations autour de la dette grecque, ont gagné quelques couleurs, l'indice paneuropéen sectoriel s'adjugeant 1,36%. A Paris, SOCIÉTÉ GÉNÉRALE a pris 6,52% à 24,025 euros, CRÉDIT AGRICOLE 4,67% à 5,11 euros et BNP PARIBAS 2,86% à 36,88 euros.

* ALSTOM a pris 2,75% à 30,09 euros. Dans un entretien aux Echos, le président de la SNCF, Guillaume Pepy, dit vouloir ouvrir des discussions avec Alstom sur la fourniture de nouvelles rames lui permettant de rajeunir son parc de TGV. Il envisage de lever des options posées en 2007, pouvant aller jusqu'à 40 rames euro duplex livrables à partir de 2016, soit un investissement maximum de 1,2 milliard d'euros.

* A rebours de tendance, illustrant le regain d'espoir sinon d'optimisme des investisseurs, les valeurs DÉFENSIVES ont cédé du terrain, DANONE perdant 0,54% à 49,74 euros, PERNOD RICARD cédant 0,51 % à 74,57 euros, ESSILOR abandonnant 0,45% à 58 euros et SANOFI 0,3% à 56,40 euros. L'indice Stoxx du secteur de la pharmacie (-0,5%) et celui des boissons et de l'alimentation (-0,22%) ont enregistré les deux plus fortes baisses sectorielles en Europe.

* AIR LIQUIDE (-2,8% à 95,75 euros) a accusé la plus forte baisse du CAC 40. Le groupe, dont la croissance a nettement ralenti au quatrième trimestre, table néanmoins sur une nouvelle progression de son résultat net en 2012 sauf dégradation majeure de la conjoncture après une année portée par les pays émergents et une bonne résistance en Europe.

* SEB a reculé de 4,83% à 63,89 euros, plus forte baisse du SBF 120, en raison d'inquiétudes concernant sa filiale chinoise Zhejiang Supor, dont la cotation a été suspendue, ont expliqué des traders. Dans un communiqué, Seb a réfuté les accusations portées par un média chinois à l'encontre de sa filiale.

* EUTELSAT a abandonné 2,77% à 28,79 euros, pénalisé par l'annonce d'une baisse de son résultat net au premier semestre de l'exercice 2011-2012 en raison d'une augmentation de ses charges financières et de son taux d'imposition liée aux opérations récentes de refinancement de sa dette.

Dans le secteur, SES a perdu 3,66% à 17,90 euros, l'opérateur de satellites ayant dit prévoir un ralentissement de la croissance de son chiffre d'affaires et de son bénéfice cette année en raison du report du lancement d'un satellite et de la fin de la télévision hertzienne en Allemagne.

* EULER HERMES, dont le flottant est faible, s'est envolé de 11,95% à 56,50 euros, signant ainsi la plus forte hausse du SBF 120, après avoir publié un résultat 2011 en hausse de 12% et proposé un dividende en hausse de 10%. Le titre avait perdu près de 36% l'an dernier.

* SAFT s'est octroyé 3,5% à 22,77 euros, la société ayant annoncé son intention de verser un dividende exceptionnel d'un euro par action à la suite d'un doublement de son bénéfice net, conséquence de la cession de sa part dans Johnson Controls-Saft, sa co-entreprise avec Johnson Controls.

Alexandre Boksenbaum-Granier et Juliette Rouillon, édité par Gwénaëlle Barzic

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant