Les valeurs françaises sont-elles trop chères ?

le
0
DR
DR

(lerevenu.com) - Analystes et investisseurs ont du pain sur la planche, cette semaine. Plusieurs grands ténors de la cote vont publier leurs résultats du dernier exercice, L'Oréal, BNP Paribas, Société Générale, EDF et Total entre autres. Ils ne devraient pas surprendre outre mesure. Les bureaux de recherche des banques et des courtiers les ont plus ou moins bien anticipés. La communauté financière va, en revanche, écouter avec la plus grande attention les prévisions que feront les dirigeants pour l'exercice en cours. Et la réaction du marché sanctionnera ou, au contraire, saluera ce flux de bonnes ou mauvaises anticipations.

Cette nouvelle vague d'informations financières permettra de savoir si les indices boursiers, CAC 40 en tête, se situent à un niveau légitime ou au contraire, un peu trop généreux. Une thèse commence à courir parmi les analystes de marchés : les valeurs européennes ne sont pas données. Leur rebond des six derniers mois aurait, selon cette analyse, fait écho à la diminution de la prime de risque attachée aux placements d'actions, grâce à la détermination du président de la Banque centrale européenne. Mario Draghi fait tout pour relancer l'économie européenne à l'aide d'une politique monétaire dite accommodante, c'est-à-dire des taux d'intérêt maintenus très bas. Mais, maintenant, la Bourse manquerait de carburant, toujours selon les prévisions des Cassandre. Les perspectives conjoncturelles de la zone euro paraissent encore bien maussades pour gonfler suffisamment les prochains résultats des sociétés européennes cotées. On en saura peut-être davantage à fin de la semaine.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant