Les valeurs biotechs qui vont faire parler d'elles en 2016

le , mis à jour le
0
Après une longue maturation, la biotechnologie française devient une proie attirante pour les grands groupes pharmaceutiques. (© DR)
Après une longue maturation, la biotechnologie française devient une proie attirante pour les grands groupes pharmaceutiques. (© DR)

Le secteur des biotechnologies a vécu un été calamiteux. Il s’en remet à peine. Aux États-Unis, l’indice Nasdaq Biotech a perdu 17% depuis son point haut de juillet. Le Russell 2000 Biotech­nology, un indice plus représentatif des valeurs moyennes, perd lui près de 25% sur la période. Les introductions en Bourse ont également marqué le pas.

Renaissance Capital ne compte que 18 opérations dans le secteur santé outre-Atlantique au troisième trimestre, soit 1,9 milliard de dollars levés contre 27 opérations et 2,5 milliards au troisième trimestre 2014. Les cours de Bourse des start-up européennes d’innovation médicale sont corrélés à ceux de leurs homologues américaines, beaucoup d’investisseurs opérant des deux côtés de l’Atlan­tique. Le compartiment parisien des biotechs a donc naturellement subi le contre-choc. L’in­dice Next Biotech (Amsterdam, Bruxelles et Paris) a perdu plus de 15% depuis l’été. En France, les dernières introductions remontent à juillet dernier.

Les raisons de la chute

Il est difficile de remonter à l’épicentre exact de ce petit séisme boursier. L’amorce du changement de politique monétaire aux États-Unis a joué. Plus les taux directeurs sont bas, plus le loyer de l’argent est faible, plus les primes de risque sont modérées. Beaucoup d’économistes, y compris au sein de la Réserve fédérale, ont souligné l’influence des politiques monétaires

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant