Les valeurs à suivre à mi-séance de la Bourse de Paris

le
0
ORANGE EN TÊTE DES DU CAC40 À MI-SÉANCE
ORANGE EN TÊTE DES DU CAC40 À MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les valeurs à suivre mardi à la Bourse de Paris, pratiquement inchangée à la mi-journée, l'activité sur le front des fusions et acquisitions compensant en partie les interrogations et craintes relatives aux tensions géopolitiques au Proche et Moyen Orient.

A 12h53, l'indice CAC 40, qui a perdu jusqu'à 1,4% en matinée, cède 0,04% à 4.004,47 points.

* Le secteur IMMOBILIER européen (-0,87%) accuse la plus forte baisse sectorielle en Europe, JPMorgan estimant dans une note que la dynamique sous-jacente du secteur devrait ralentir avec la fin anticipée des mesures de soutien des banques centrales et soulignant les difficultés pour les centres commerciaux.

UNIBAIL-RODAMCO recule de 1,17%, plus forte baisse du CAC 40, et KLEPIERRE de 0,33%.

* De nombreuses CYCLIQUES pâtissent du contexte d'inquiétudes et d'interrogations à l'égard d'une intervention militaire occidentale en Syrie. et

VALLOUREC cède 0,57%, ACCOR 0,3% et SAINT-GOBAIN 0,28%.

* Le SECTEUR AUTOMOBILE européen (-0,21%) est également pénalisé par la baisse de 5% en août des ventes de voitures neuves en Allemagne, selon la fédération automobile VDA.

RENAULT recule de 0,28% quand les équipementiers PLASTIC OMNIUM et FAURECIA perdent respectivement 0,86% et 0,6%.

En revanche, MICHELIN grimpe de 0,73% au lendemain de l'annonce d'une hausse de 4% du marché européen des pneumatiques de voitures et de camionnettes en juillet () pendant que PSA avance de 0,47% sur fond de regain d'optimiste à l'égard de la situation financière du constructeur.

* ORANGE (+2,89%) est en tête des hausses du CAC 40 et VIVENDI s'adjuge 1,34% alors que l'opérateur télécoms américain Verizon Communications a accepté de débourser 130 milliards de dollars (98 milliards d'euros) pour racheter la participation de 45% détenue par son concurrent Vodafone Group (-3,75%) dans leur filiale commune Verizon Wireless.

* Les VALEURS TECHNOLOGIQUES européennes (+3%) signent la plus forte hausse sectorielle en Europe dans le sillage de Nokia (+41%) revenu à son niveau de début 2012 après l'annonce du rachat de l'activité de téléphonie mobile du groupe finlandais par Microsoft. et

ALCATEL-LUCENT gagne 10,7%, plus forte hausse du SBF 120, et STMICROELECTRONICS 2,6%.

* CREDIT AGRICOLE s'octroie 0,83%. Jefferies a entamé la couverture de Crédit agricole avec une recommandation à l'achat, le broker estimant que pour la première fois depuis son introduction en Bourse, CASA apparaît comme étant un titre dans lequel investir à long terme.

* TECHNIP (+1,11%) a signé un contrat d'une durée de quatre ans avec Petrobras pour des plates-formes offshore existantes situées dans la zone du Bassin de Campos au Brésil.

* CARREFOUR progresse de 0,76%, des investisseurs soulignant le discours rassurant de la direction du groupe après que le distributeur a surpris le marché jeudi dernier par la vigueur de son redressement en France qui laisse espérer un retournement dans les pays d'Europe du Sud.

* GEMALTO prend 0,73%. Des analystes se montrant optimistes avant une conférence investisseurs du 5 septembre à New York prévu par le groupe qui a confirmé une nouvelle fois la semaine dernière ses objectifs financiers pour 2013 après avoir enregistré sur les six premiers mois de l'année des performances en ligne avec les attentes du marché.

* LATÉCOÈRE s'inscrit en hausse de 3,02% dans des volumes représentant 8,6 fois leur moyenne quotidienne des trois derniers mois, l'équipementier aéronautique ayant été sélectionné par Embraer pour un contrat d'environ un milliard de dollars (759 millions d'euros).

* IPSEN (-1,59% à 27,62 euros) enregistre la plus forte baisse du SBF 120, la valeur se reposant sur un support technique à près de 27,60 euros après avoir échouée à repasser au-dessus d'un seuil technique à 28,50 euros.

* SÉCHÉ ENVIRONNEMENT (-2,43%) a publié des résultats en baisse au premier semestre, pénalisés notamment par la dégradation de son mix-produit, et a confirmé que l'amélioration de sa rentabilité opérationnelle à partir du second semestre ne serait que "très progressive".

Alexandre Boksenbaum-Granier, Raoul Sachs et Benjamin Mallet, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant