Les valeurs à suivre à la mi-séance de la Bourse de Paris

le
1
ALCATEL-LUCENT PLUS FORTE BAISSE DU CAC 40 À LA MI-SÉANCE
ALCATEL-LUCENT PLUS FORTE BAISSE DU CAC 40 À LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les valeurs à suivre jeudi à la Bourse de Paris, en légère baisse à la mi-journée d'une séance animée par une vague de résultats d'entreprises et encore marquée par la remontée de l'euro, vers 1,12 dollar.

A 12h57, l'indice CAC 40 cède 0,25% à 5.026,74 points.

* Valeur du jour, VALLOUREC chute de 16,05%, soit sa plus forte baisse depuis mai 2012 et repli le plus marqué du SBF 120, le marché s'inquiétant d'un manque de visibilité sur le fabricant de tubes sans soudure en acier après sa publication trimestrielle.

* ALCATEL-LUCENT (-6,42%) accuse la plus forte baisse de l'indice CAC 40, pénalisé par les résultats trimestriels jugés décevants de Nokia (-7,75%), qui a présenté une offre de rachat du groupe franco-américain il y a 15 jours.

* BNP PARIBAS cède 2,11% malgré la nette progression des résultats trimestriels du groupe bancaire, des investisseurs soulignant la hausse du coût du risque.

* SANOFI (-1,17%) a publié des résultats trimestriels en hausse mais a prévenu qu'il s'attendait sur l'année à une baisse des ventes dans sa division diabète, à l'image de celle observée lors des trois premiers mois de l'exercice en raison de la guerre des prix qui pèse sur le Lantus aux Etats-Unis.

* En revanche, LAFARGE gagne 3,35%, plus forte hausse du CAC 40. Le cimentier français et Holcim (+0,07%) ont publié des résultats trimestriels jugés encourageants, à une semaine de l'assemblée générale du groupe suisse qui doit entériner leur projet de fusion.

* MICHELIN s'octroie 1,35%, Exane BNP Paribas se montrant plus optimiste à propos du fabricant de pneumatiques et de la reprise du marché du remplacement en Europe à moyen terme.

* AIRBUS GROUP (+0,83%) a confirmé ses objectifs financiers pour 2015 et indiqué que l'avancement des principaux programmes de sa filiale Airbus était conforme à son calendrier.

* GENFIT (+6,55%, plus forte hausse du SBF 120) rencontrera "dans les prochaines semaines" les agences sanitaires, notamment la FDA américaine, pour analyser avec elles les premiers résultats de son traitement de la NASH et discuter des conditions dans lesquelles se déroulera la dernière phase de ses essais, a déclaré à Reuters son président du directoire.

* JCDECAUX s'adjuge 4,7% après le relèvement par Goldman Sachs de son conseil sur le numéro un mondial de la communication extérieure, de "vendre" à "acheter", sur fond d'amélioration du marché de la publicité en Europe et du plan de rachats d'actions du groupe.

* INGENICO grimpe de 3,45% au lendemain de l'annonce par le spécialiste des services de paiement d'une activité trimestrielle meilleure qu'attendu.

* KLÉPIERRE (+1,91%) a annoncé mercredi un chiffre d'affaires en hausse de 25% au premier trimestre et a confirmé ses objectifs financiers pour 2015.

* STMICROELECTRONICS recule de 11,74% après que le fabricant de semi-conducteurs a annoncé des résultats trimestriels légèrement inférieurs aux attentes et dit ne prévoir qu'un léger rebond au deuxième trimestre, la politique de couverture des taux de change du groupe annulant en grande partie les bénéfices attendus de l'affaiblissement de l'euro.

* AIR FRANCE-KLM (-4,59%), qui vise une réduction de dette plus marquée que prévu d'ici la fin de l'année, s'est gardé de toute prévision précise pour ses résultats annuels.

* ERAMET (-3,19%) a prévenu que le deuxième trimestre débutait avec des prix du nickel et du minerai de manganèse en baisse significative par rapport aux trois premiers mois de l'année, ce qui va nécessairement peser sur la performance semestrielle du groupe.

* IMERYS recule de 2,69% au lendemain de l'annonce d'une chute de près de 12% du résultat net du spécialiste des minéraux industriels au premier trimestre, les investisseurs s'interrogeant sur l'avenir du groupe.

* SES baisse de 1,66% après la publication par l'opérateur de satellites de résultats inférieurs aux attentes.

* BÉNÉTEAU (-3,34%) a fait état d'une perte nette semestrielle alourdie par des opérations sur les changes, qui devraient en revanche avoir un effet favorable sur l'ensemble de son exercice décalé 2014-2015.

(Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • guerber3 le jeudi 30 avr 2015 à 13:53

    Ceux qui " suivent les valeurs " sont les perdants, il faut être devant...!