Les valeurs à suivre à la mi-séance à la Bourse de Paris

le
0
LA BOURSE DE PARIS DANS LE ROUGE À LA MI-JOURNÉE
LA BOURSE DE PARIS DANS LE ROUGE À LA MI-JOURNÉE

PARIS (Reuters) - Les valeurs à suivre jeudi à la Bourse de Paris, en baisse à la mi-journée, les investisseurs se focalisant sur l'actualité propre aux sociétés et s'interrogeant sur les effets sur l'économie du "shutdown" de plusieurs jours aux Etats-Unis après l'accord conclu entre démocrates et républicains sur le budget et le plafond de la dette.

A 13h, l'indice CAC 40 cède 0,23% à 4.233,88 points dans des volumes limités à 1,15 milliard d'euros sur NYSE Euronext, représentant 42% de leur moyenne quotidienne des trois derniers mois :

* GDF SUEZ (-3,34%) accuse la plus forte baisse de l'indice SBF 120, UBS l'ayant retirée de sa liste de valeurs préférées en raison notamment d'un risque de réduction du dividende.

De son côté, EDF grimpe de 1,04%. UBS a intégré le titre dans sa liste de valeurs préférées, le broker estimant qu'une prolongation de la durée de vie du parc nucléaire français à 50 ans est inévitable pour le système d'électricité en France.

Toujours dans le secteur des services aux collectivités, VEOLIA ENVIRONNEMENT recule de 3,2%.

* ORANGE lâche 1,72% avec le secteur télécoms européen (-0,1%) dans le sillage de KPN (-8,23%), plombé par le renoncement d'America Movil à monter au capital de l'opérateur néerlandais.

* De nombreuses CYCLIQUES pâtissent des interrogations des investisseurs sur la croissance américaine, qui pourrait pâtir de la fermeture partielle des administrations aux Etats-Unis entamée le 1er octobre.

VALLOUREC perd 1,88%, LEGRAND 1,49% et SAINT-GOBAIN 1,33%. L'indice Stoxx du secteur européen de la construction cède 0,71% et celui de l'automobile 0,45%.

* LVMH recule encore de 1,12% au lendemain d'une baisse de plus de 4% liée à la contre-performance de Louis Vuitton qui pèse sur le profil de croissance et de rentabilité du groupe de luxe.

* RÉMY COINTREAU (-3,02%) a fait état d'un chiffre d'affaires en baisse au titre du premier semestre, toujours pénalisé par son activité en Chine où le groupe s'attend à ce que la conjoncture demeure difficile dans les prochains mois.

* A rebours de tendance, CARREFOUR (+2,33%) occupe la tête des hausses du CAC 40 après avoir signé un chiffre d'affaires en nette hausse en données comparables au troisième trimestre, marqué par une progression des ventes de tous ses formats en France et une solide performance dans les pays émergents.

* De nombreuses VALEURS offrant un profil DÉFENSIF sont recherchées dans un contexte de regain de questionnements et de prudence.

L'ORÉAL prend 1,64%, AIR LIQUIDE 1,05%, ESSILOR 0,82%, UNIBAIL-RODAMCO 0,45% et SANOFI 0,11%.

Même DANONE progresse de 1,08% malgré plusieurs abaissements de recommandation et/ou d'objectif de cours de la part de brokers au lendemain de son avertissement sur ses résultats annuels.

L'indice Stoxx du secteur agroalimentaire européen (+1,92%) signe la plus forte hausse sectorielle en Europe, également dopé par la bonne tenue des ventes de bière et de spiritueux dans les Amériques et celui de la santé gagne 0,5%.

* PLASTIC OMNIUM (+5,475%, plus forte hausse du SBF 120) a vu son chiffre d'affaires bondir de 11,1% au troisième trimestre et les investisseurs saluent la performance de l'équipementier automobile en Europe.

* PSA (+5,32%) reprend des couleurs après avoir chuté de plus de 17% en trois jours face à la perspective d'une augmentation de capital prochaine assortie d'une prise de participation de l'Etat mais en raison aussi d'une baisse de ses ventes de voitures neuves en Europe en septembre.

* De même, DASSAULT SYSTÈMES gagne 2,99% à 86,01 euros à la faveur d'un rebond sur un support technique à près de 80 euros touché la veille, l'éditeur de logiciels de conception et fabrication assistée par ordinateur ayant perdu jusqu'à 17% en trois jours après un avertissement sur ses résultats.

* EDENRED s'inscrit en hausse de 2,26%, l'ancienne branche de services prépayés du groupe Accor profitant d'une publication trimestrielle meilleure qu'attendu malgré la prudence du groupe pour ses perspectives.

Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant