Les valeurs à suivre à la mi-séance à la Bourse de Paris

le
0
LE TITRE LVMH EN TÊTE DES HAUSSES DU CAC 40 À LA MI-JOURNÉE
LE TITRE LVMH EN TÊTE DES HAUSSES DU CAC 40 À LA MI-JOURNÉE

PARIS (Reuters) - Les valeurs à suivre mercredi à la Bourse de Paris, en légère baisse à la mi-journée dans le sillage des cours du pétrole et dans un contexte d'attentisme sur la dette grecque alors que les dirigeants grecs sont en pleine tournée européenne.

A 12h45, l'indice CAC 40 cède 0,12% à 4.672,28 points au lendemain d'un gain de 1,09%.

* Le SECTEUR du LUXE est recherché après l'accélération de la croissance de LVMH au quatrième trimestre nourrie par Louis Vuitton.

LVMH (+5,43%) est en tête des hausses du SBF 120 après avoir inscrit un plus haut historique à 155 euros en matinée. DIOR gagne 3,74%, HERMÈS INTERNATIONAL 2,6% et KERING 2,02%.

* Le SECTEUR de l'énergie (-1,0%) s'illustre une nouvelle fois en accusant la plus forte baisse sectorielle en Europe dans le sillage des cours du pétrole (-1,68% pour le Brent) et des interrogations sur la demande d'or noir même si plusieurs analystes estiment qu'un point bas a déjà été touché.

TOTAL cède 1,59% et TECHNIP 1,41%.

VALLOUREC (-2,35%) est également pénalisée par une note de JPMorgan, qui a abaissé son conseil sur la valeur de "neutre" à "sous-pondérer" en mettant en garde sur des déstockages plus importants aux Etats-Unis et au Moyen-Orient.

* ESSILOR (-1,74%) accuse la plus forte baisse du CAC 40. Des analystes saluent les fondamentaux du groupe mais considèrent qu'ils sont déjà bien intégrés dans les cours, la valeur offrant ainsi une perspective de hausse limitée.

* SOCIÉTÉ GÉNÉRALE (-0,89%) a annoncé mardi la cessation de ses activités de crédit à la consommation au Brésil, une décision qui devrait se traduire par un impact négatif de 200 millions d'euros dans ses comptes du quatrième trimestre.

* SCOR (-3,81%) accuse la plus forte baisse du SBF 120, le réassureur pâtissant de la décision de Goldman Sachs de retirer le titre de sa liste de valeurs européennes préférées "Pan-Europe Conviction Buy List".

* GENFIT (-2,67%) reprend son souffle après avoir enchaîné les plus hauts historiques, jusqu'à atteindre 60,88 euros lundi, soutenu par l'intérêt des investisseurs américains pour la société biopharmaceutique qui développe un traitement de la NASH, une cirrhose du foie due à une alimentation trop riche.

* IPSEN perd 2,5%, Barclays ayant abaissé son conseil sur la valeur de "surpondérer" à "pondération en ligne" après son parcours boursier en un an.

* ALCATEL-LUCENT prend 1,36% après que le fournisseur des composants optiques Oclaro a fait état d'une réduction de sa perte par action trimestrielle entre les premier et deuxième trimestres fiscaux de son exercice 2014-2015 à la faveur d'une croissance solide du marché de sa solution optique 100G.

* GEMALTO ajoute 0,95%, à 66,06 euros, à la hausse de 3,64% mardi, des analystes soulignant un regain d'intérêt des investisseurs après la chute de 9% du titre entre les 12 et 23 janvier. Sur le plan graphique, la valeur est repassée au-dessus de sa moyenne mobile à 50 jours, à 65,792 euros.

* VICAT (+2,19%) a annoncé mardi une hausse de 6% de son chiffre d'affaires consolidé et indiqué que la vigueur de la demande en matériaux de construction dans les pays émergents et aux Etats-Unis compenserait l'impact négatif de la faiblesse de l'activité en Europe sur le résultat opérationnel du groupe.

* BOURBON (+1,44%) a enregistré une progression de 6,7% de son chiffre d'affaires ajusté en 2014 en dépit d'une fin d'année difficile, pénalisée par le recul du cours du baril de brut qui conduit les compagnies pétrolières à se montrer plus sélectives dans leurs projets d'investissement.

* SÉCHÉ ENVIRONNEMENT bondit de 11,89% dans des volumes représentant 6,2 fois leur moyenne quotidienne des trois derniers mois sur Euronext, les investisseurs se montrant optimistes pour l'avenir du groupe de services à l'environnement.

* NATUREX progresse de 8,11% au lendemain de l'annonce par le spécialiste des extraits végétaux naturels d'une accélération de sa croissance au quatrième trimestre.

(Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant