Les valeurs à suivre à la mi-séance à la Bourse de Paris

le
0
LA BOURSE DE PARIS DANS LE VERT À LA MI-SÉANCE
LA BOURSE DE PARIS DANS LE VERT À LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les valeurs à suivre mercredi à la Bourse de Paris, en légère hausse à la mi-journée après son bond de la veille enregistré sur des anticipations d'une poursuite des politiques monétaires ultra-accommodantes des banques centrales pour soutenir la croissance.

L'indice CAC 40, qui est repassé en matinée au-dessus des 3.800 points pour la première fois depuis le 26 juillet 2011, gagne 0,19% à 3.794,48 points à 12h41.

* De nombreuses CYCLIQUES restent soutenues par la perspective d'un maintien des mesures non conventionnelles des banques centrales à la veille des réunions de la BCE et de la Banque d'Angleterre, malgré la confirmation de la contraction du PIB de la zone euro au quatrième trimestre 2012.

LAFARGE s'octroie 2,45%, plus forte hausse du CAC 40, ACCOR 1,78%, RENAULT 1,75% et ALSTOM 1,67%. L'indice Stoxx du secteur automobile progresse de 0,83% et celui des valeurs technologiques de 0,76%.

* CARREFOUR s'octroie 1,5% à la veille de la publication de ses résultats annuels. Selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S, le résultat net devrait ressortir en hausse de 12% à 843,6 millions d'euros.

* FRANCE TELECOM (-1,21%) accuse la plus forte baisse du CAC 40 et VIVENDI cède 0,22%. Selon l'agence Bloomberg, Verizon Communications et Vodafone (+6,76%) se sont interrogés sur la suite à donner à leur collaboration, en particulier sur leur stratégie à l'égard de leur coentreprise, et parmi les pistes envisagées figure une fusion des deux groupes.

* De nombreuses VALEURS DEFENSIVES cèdent du terrain, illustrant le regain d'optimisme des investisseurs, AIR LIQUIDE abandonnant 1%, DANONE 0,55% et ESSILOR 0,29%. L'indice Stoxx du secteur européen des boissons et de l'agroalimentaire lâche 0,4% et celui de la santé 0,1%.

* EDENRED recule de 3,88%, plus forte baisse du SBF 120 dans des volumes représentant environ cinq fois leur moyenne quotidienne des trois derniers mois, la société d'investissement EURAZEO (+2,22%) ayant cédé sa participation de 10,2% au capital du groupe de restauration collective.

* NEOPOST cède 3,11% au lendemain d'une envolée de 8,5% consécutive à l'objectif du numéro un européen des équipements et services de traitement du courrier de doubler la croissance de son chiffre d'affaires en 2013.

* BOURBON bondit de 8,24%, plus forte hausse du SBF 120 dans des volumes représentant quatre fois leur moyenne quotidienne des trois derniers mois, après avoir publié des résultats 2012 en forte hausse et annoncé son intention de vendre pour 2,5 milliards de dollars de navires sur la période 2013-2014 pour se désendetter et préparer sa croissance au-delà de 2015.

* NICOX grimpe de 5,67% à 3,225 euros dans des volumes représentant 1,5 fois leur moyenne habituelle, la valeur - qui a ouvert un "gap" - ayant franchi à la hausse sa ligne de tendance baissière et testant une résistance technique à près de 3,32 euros.

* SCOR (+3,08%) a profité de son expansion en Asie et sur le continent américain pour afficher en 2012 un bénéfice net en hausse de plus de 26% dans un environnement économique difficile.

* SES gagne 1,78%. Citigroup a relevé son conseil de "neutre" à "acheter" sur la valeur et porté son objectif de cours de 21,5 à 26,5 euros, l'intermédiaire évoquant de meilleures perspectives d'un retour régulier aux actionnaires.

* GUERBET s'inscrit en recul de 15,11% dans des volumes représentant sept fois leur moyenne habituelle, les investisseurs profitant de la publication par le groupe pharmaceutique d'un ralentissement de la hausse de sa rentabilité au second semestre pour sortir d'une valeur qui a plus que doublé depuis fin 2011.

* CEGID (-1,64%), qui avait averti fin janvier d'une baisse de sa rentabilité en 2012, a affiché l'an dernier un résultat opérationnel courant en repli de 21,8% à 22,7 millions d'euros, la crise économique ayant pesé sur ses ventes de licences.

L'éditeur de logiciels propose un dividende de 1,05 euro par action au titre de 2012, inchangé par rapport à 2011.

Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant