Les valeurs à suivre à la mi-séance à la Bourse de Paris

le
1
LE TITRE CRÉDIT AGRICOLE PROGRESSE À LA MI-SÉANCE
LE TITRE CRÉDIT AGRICOLE PROGRESSE À LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les valeurs à suivre jeudi à la Bourse de Paris, en hausse à la mi-journée d'une séance animée par les nombreuses publications de résultats d'entreprises et par l'accord sur un règlement de paix trouvé entre l'Ukraine, la Russie, la France et l'Allemagne après 16 heures de négociations.

A 12h41, l'indice CAC 40 gagne 0,9% à 4.721,27 points.

* RENAULT bondit de 9,58%, plus forte hausse du SBF 120, après avoir fait état d'un triplement de son bénéfice net en 2014, l'augmentation de la productivité du groupe et une baisse des dépréciations ayant éclipsé les effets de changes négatifs et la crise du marché automobile russe.

Dans son sillage, les autres valeurs du secteur gagne du terrain, VALEO prend 3,1%, PSA 2,8% et FAURECIA, qui s'est fixé des objectifs optimistes pour 2015, 2,57%.

* PUBLICIS (+5,49%) a inscrit un plus haut historique à 70,80 euros, le marché saluant les perspectives et l'activité du groupe en fin d'année dernière. Publicis mise sur une accélération progressive de sa croissance qui devrait être au moins équivalente à celle du marché en 2015 et a réalisé un dernier trimestre 2014 meilleur que prévu.

* Le SECTEUR des RESSOURCES DE BASE (+2,63%) est en tête des hausses sectorielles en Europe, les prix des métaux (+1,53% pour le cuivre) progressant à la faveur d'un recul du dollar (-0,34% face à un panier de devises).

APERAM grimpe de 7,71%, ERAMET de 4,08% et ARCELORMITTAL de 2,75%.

* Les BANQUES de la zone euro s'octroient 2,37% avec les établissements grecs (+10,68%), la Grèce ayant bon espoir de s'entendre avec ses partenaires européens même si elle ne veut pas d'une prolongation du programme d'aide international.

CRÉDIT AGRICOLE s'octroie 2,81%, BNP PARIBAS 1,95% et SOCIÉTÉ GÉNÉRALE, qui a publié des résultats 2014 en hausse, avance de 1,68%.

* TARKETT, très exposé à la Communauté des États indépendants (CEI), bondit de 6,92% suite à l'accord trouvé dans le dossier ukrainien entre Kiev, Moscou, Berlin et Paris.

* NUMERICABLE-SFR s'octroie 3,73%. Credit Suisse entame la couverture du titre avec une recommandation à "surperformance" et un objectif de cours de 53 euros, le broker constant une amélioration du marché de la téléphonie mobile en France avec une pression moins forte sur les prix.

* En revanche, EDF perd 3,72%, plus forte baisse du CAC 40 sur fond d'inquiétudes à l'égard des objectifs annoncés par le groupe qui a pourtant publié des résultats en hausse au titre de 2014, grâce notamment à la performance de son parc nucléaire.

* PERNOD RICARD (-3,44%) a vu son résultat opérationnel courant rester stable au premier semestre de son exercice décalé 2014-2015, l'activité du groupe ayant été pénalisée par le recul de ses performances en Chine.

* LEGRAND (-1,45%) n'exclut pas une baisse de ses ventes en données organiques cette année en raison d'une situation toujours difficile en Europe de l'Ouest et des incertitudes à court terme, particulièrement en Russie.

* EDENRED (-4,0%) accuse la plus forte baisse du SBF 120. Le groupe de services prépayés a publié des résultats 2014 soutenus par l'accélération de sa croissance en Amérique latine, Brésil et Mexique en tête, mais sur lesquels l'impact des changes a lourdement pesé.

* REXEL (-1,82%) s'est montré prudent pour 2015 en raison d'un environnement économique difficile et a indiqué que l'horizon de temps nécessaire à l'atteinte à moyen terme d'une marge d'Ebita ajusté proche de 6,5% peut être "plus lointain qu'initialement annoncé".

* LECTRA (+7,74%) signe la plus forte hausse de l'indice CAC Mid & Small dans des volumes représentant 4,8 fois leur moyenne quotidienne des trois derniers mois sur Euronext, les investisseurs saluant les résultats annuels et les perspectives du spécialiste des solutions technologiques intégrées publiés la veille.

* MGI COUTIER (-6,28%) accuse, elle, la plus forte baisse du CAC Mid & Small dans des volumes représentant 4,1 fois leur moyenne quotidienne des trois derniers mois sur Euronext, les perspectives de l'équipementier automobile décevant les investisseurs.

(Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean-Michel Bélot)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • soulamer le jeudi 12 fév 2015 à 13:33

    y'a 3 ans a 2 euros on nous predisait la faillitte les banquiers se sont tradé leurs propres titres pour tout racheter ils nous ratiboisent un maximum et gagnent sur tous les tableaux