Les valeurs à suivre à la mi-séance à la Bourse de Paris

le
0
NATIXIS EN HAUSSE DE 2,77% À LA MI-SÉANCE DE LA BOURSE DE PARIS
NATIXIS EN HAUSSE DE 2,77% À LA MI-SÉANCE DE LA BOURSE DE PARIS

PARIS (Reuters) - Les valeurs à suivre vendredi à la Bourse de Paris, en hausse à la mi-séance d'une journée marquée encore une fois par plusieurs publications de résultats d'entreprises, que les investisseurs tentent de digérer et entre lesquelles ils cherchent à faire le tri entre bonnes et mauvaises surprises.

L'indice CAC 40 gagne 0,3% à 5.061,51 points à 13h18.

* AIRBUS GROUP (+4,07%) est en tête des hausses du CAC 40, une nouvelle charge sur l'avion de transport militaire A400M n'ayant pas surpris les investisseurs, rassurés par ailleurs de voir les programmes d'avions civils éviter toute turbulence.

* VINCI (+3,03%) a relevé son objectif de résultat net 2015 grâce notamment à l'accélération du trafic autoroutier, à la réduction de ses pertes dans le contracting en Grande-Bretagne et à la perspective d'un allongement de l'amortissement de ses concessions autoroutières dans le cadre de l'accord conclu avec l'Etat pour sortir de la crise sur le régime des autoroutes.

* BNP PARIBAS (+2,5%) a profité au deuxième trimestre de l'appréciation du dollar et de la bonne tenue des marchés d'actions, et du coup rassure le marché sur sa capacité à atteindre les objectifs de son plan stratégique à l'horizon de 2016.

* En revanche, ENGIE perd 3,92%, plus forte baisse du CAC 40. HSBC a abaissé son conseil sur le titre d'"acheter" à "conserver".

* BOUYGUES recule de 1,38%. Citigroup a ramené sa recommandation sur la valeur d'"acheter" à "neutre", le broker craignant que le groupe ne dépose une offre agressive dans le cadre des enchères pour les fréquences 700 MHz et jugeant désormais au plus bas la probabilité d'un rachat de Bouygues Telecom par Numericable-SFR.

* ESSILOR cède 1,19%, des analystes jugeant survalorisé le titre, après un gain de plus de 27% depuis le début de l'année, et malgré des résultats trimestriels jugés solides. Société générale a abaissé son conseil sur la valeur d'"acheter" à "conserver".

* ACCORHOTELS lâche 0,98%. Plusieurs analystes estiment que la stratégie du groupe, qu'ils jugent bonne, met du temps à se matérialiser dans les résultats au lendemain de l'annonce des résultats semestriels du groupe hôtelier.

* VALLOUREC (-5,29%, plus forte baisse du SBF 120) et MAUREL & PROM (-0,91%) sont pénalisées par la publication de résultats jugés peu rassurants dans un environnement marqué par la faiblesse des cours du pétrole, que beaucoup d'analystes ne voient pas remonter à court terme.

En revanche, CGG gagne 2,01%, soutenue par des rachats de ventes à découvert à la faveur d'une publication moins mauvaise qu'attendu, malgré sa perte opérationnelle au titre du deuxième trimestre.

* ARKEMA (+6,61%) est en tête des hausses du SBF 120 après avoir publié des résultats en hausse au deuxième trimestre et prévu d'engranger un Ebitda "légèrement supérieur à 1 milliard d’euros (prenant en compte la contribution de Bostik)", contre 784 millions en 2014.

* IPSEN (+5,29%) a inscrit en matinée un nouveau plus haut historique, à 60,83 euros, à la faveur des solides performances de la Somatuline, son produit phare, qui ont porté les résultats semestriels et permis de relever les objectifs annuels.

* NATIXIS grimpe de 2,77%, la banque profitant de la publication la veille de résultats trimestriels en hausse et de l'amélioration de son ratio de solvabilité.

* LECTRA (-10,42%) accuse la plus forte baisse de l'indice CAC Mid & Small, le spécialiste des solutions technologiques intégrées pâtissant du niveau de prises de commandes annoncé la veille au titre du deuxième trimestre et de ses objectifs annuels.

* MERSEN (-6,33%) a abaissé ses objectifs annuels en publiant un chiffre d'affaires en dessous de ses propres attentes au deuxième trimestre, en raison d'un ralentissement de son activité en Amérique du Nord et en Chine.

* FNAC (+1,79%) a confirmé son objectif qui vise la réalisation de 30 à 40 millions d’euros d’économies de coûts en 2015.

(Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant