Les valeurs à suivre à la mi-séance à la Bourse de Paris

le
0
LE TITRE EDF EN TÊTE DES HAUSSES DU CAC 40 À LA MI-JOURNÉE
LE TITRE EDF EN TÊTE DES HAUSSES DU CAC 40 À LA MI-JOURNÉE

PARIS (Reuters) - Les valeurs à suivre mardi à la Bourse de Paris, où l'indice CAC 40 évolue dans une fourchette étroite de 25 points et recule de 0,38% à 3.450 points vers 12h15 dans un peu plus de 700 millions échangés sur NYSE Euronext Paris.

* VEOLIA ENVIRONNEMENT (-2,3%) accuse la plus forte baisse de l'indice sur des prises de bénéfices après une progression du titre de 35% depuis le début mars.

* EDF (+2,84% à 17,585 euros) est en tête des hausses du CAC 40. Kepler est passé à l'achat sur la valeur et a porté son objectif de cours de 17 à 19 euros. Un analyste note que le titre a dégringolé ces dernières semaines (-12% depuis le début mars) et que ce changement de recommandation a déclenché des achats à bon compte.

* ACCOR gagne 1,66%. Barclays est passé à l'achat sur la valeur.

* GDF SUEZ (-1,25%). Le groupe proposera à ses actionnaires de percevoir en actions une partie des dividendes au titre de 2011 et 2012 pour compléter le refinancement de son projet d'offre de rachat des minoritaires du britannique International Power.

* SODEXO (-2,9%) accuse une des plus fortes baisses du SBF 120, Morgan Stanley ayant abaissé son conseil de pondération en ligne à sous-pondérer sur un titre qu'il juge bien valorisé

* NATIXIS perd 2,18%. CA Cheuvreux a abaissé sa recommandation de surperformance à sous-performance.

* BOLLORÉ (+4,18% à 163,30 euros) signe la plus forte hausse du SBF 120 au lendemain de l'annonce par Groupama de la cession de la totalité de ses parts, soit 3,1% du capital.

Un trader n'exclut pas que la nouvelle ait attiré l'attention sur un titre qui "ne faisait pas grand-chose" depuis le 14 novembre (date à laquelle il avait clôturé à 163,15 euros contre 156,75 lundi 2 avril).

* AIR FRANCE-KLM (+1,78%). La compagnie Air France a dit lundi placer son activité court et moyen-courrier au centre de son plan de redressement, ajoutant que le maintien de cette activité dépendra d'une "profonde restructuration" et d'une réduction "drastique des coûts".

Raoul Sachs et Juliette Rouillon, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant