Les valeurs à suivre à la clôture de la Bourse de Paris

le
0
LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE PARIS
LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE PARIS

PARIS (Reuters) - Liste des valeurs à suivre vendredi à la Bourse de Paris, qui a fini en baisse après la publication de bons chiffres de l'emploi aux Etats-Unis pour le mois de juillet, qui ont relancé le débat sur le relèvement des taux d'intérêt par la Réserve fédérale américaine dès le mois de septembre.

Le CAC 40 a reculé de 0,72% à 5.154,75 points limitant à 1,42% la hausse de l'indice phare de la Bourse de Paris sur la semaine.

* De nombreuses valeurs CYCLIQUES ont été pénalisées par des statistiques allemandes: baisse inattendue de la production industrielle et recul plus marqué que prévu des exportations en juin.

SAINT-GOBAIN a cédé 2,06% à 43,56 euros, plus forte baisse du CAC 40, ALCATEL-LUCENT 1,65% à 3,328 euros et CAPGEMINI 1,23% à 85,68 euros.

* Plusieurs VALEURS offrant un PROFIL DÉFENSIF ont été délaissées, des gérants les jugeant chères après avoir été recherchées pendant plusieurs mois.

SANOFI a reculé de 2,05% à 98,24 euros, ORANGE de 1,83% à 14,985 euros et DANONE de 1,14% à 62,55 euros.

* En outre, les groupes intervenant dans les SERVICES À L'ENVIRONNEMENT ont pâti d'une note de Credit Suisse, qui juge trop optimistes les attentes du marché sur la capacité du secteur français à améliorer sa production industrielle.

SUEZ ENVIRONNEMENT, sur laquelle le courtier a abaissé sa recommandation de "neutre" à "sous-performance", a baissé de 2,39% à 17,33 euros et VEOLIA ENVIRONNEMENT a abandonné 1,78% à 20,745 euros.

* Les valeurs des MÉDIAS (-1,89%) ont accusé la plus forte baisse sectorielle en Europe dans le sillage du secteur des médias américains, pénalisé la veille à Wall Street par des résultats jugés décevants.

HAVAS (-4,04% à 7,61 euros) a enregistré la plus forte baisse du SBF 120 pendant que TF1 a lâché 3,26% à 14,855 euros et PUBLICIS 1,6% à 67,15 euros.

* En revanche, le secteur européen de l'ÉNERGIE (+0,49%) a gagné du terrain face à l'opposition croissante aux Etats-Unis à l'accord sur le programme nucléaire iranien, qui prévoit une levée progressive des sanctions imposées à Téhéran et avait entraîné sur le marché l'anticipation d'une augmentation des exportations pétrolières iraniennes, pesant alors sur les cours de l'or noir.

TOTAL (+1,1% à 45,795 euros) a fini en tête du CAC 40 et TECHNIP a grimpé de 0,42% à 50,17 euros. Hors CAC, VALLOUREC a pris 1,6% à 13,37 euros, MAUREL & PROM 1,41% à 5,117 euros et CGG 1,09% à 4,069 euros.

* ENGIE a progressé de 0,9% à 17,91 euros. Credit Suisse a relevé sa recommandation sur la valeur de "neutre" à "surperformance" en raison d'un dividende "attrayant" mais aussi grâce à l'annonce fin juillet d'un accord pour prolonger de dix ans deux des réacteurs que le groupe exploite en Belgique.

* SOPRA STERIA (+2,07% à 99,05 euros, plus forte hausse du SBF 120) a poursuivi sur sa lancée de la veille (+12,84%), soutenue par plusieurs notes favorables d'analystes sur la SSII après que le groupe a relevé son objectif de marge opérationnelle pour 2015 à la suite d'un premier semestre bien meilleur qu'attendu.

* IPSEN (+1,58% à 59,93 euros) a touché un nouveau plus haut historique en matinée, à 61 euros, alors que JPMorgan a relevé sa recommandation sur la valeur à "surpondérer" pour tenir compte du potentiel de croissance des produits vedettes du laboratoire, Somatuline et Telotristat.

* TRANSGÈNE a perdu 10,08% à 3,48 euros, plus forte baisse du CAC Mid & Small, les spéculations autour de l'avenir de la biotech retombant après un bond de près de 40% de l'action en deux séances.

* DÉRICHEBOURG (-8,52% à 3,04 euros) a, dans des volumes nourris, pratiquement effacé tous les gains cumulés sur la semaine écoulée. Le spécialiste des services aux entreprises et aux collectivités accuse l'une des plus fortes baisses du CAC Mid & Small après l'annonce de son activité trimestrielle.

* NORBERT DENTRESSANGLE a perdu 2,51% à 194,55 euros après une chute de 57% du bénéfice net du groupe au premier semestre, pénalisé notamment par des charges liées à la prise de contrôle par l'américain XPO Logistics, qui a racheté la société française de logistique et de transports fin avril.

(Alexandre Boksenbaum-Granier et Raphaël Bloch, édité par cyril Altmeyer)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant