Les valeurs à suivre à la Bourse de Paris

le
0
LES VALEURS BANCAIRES À SUIVRE À LA BOURSE DE PARIS
LES VALEURS BANCAIRES À SUIVRE À LA BOURSE DE PARIS

PARIS (Reuters) - Les valeurs à suivre jeudi à la Bourse de Paris, attendue en hausse à l'ouverture sur fond d'espoir d'un accord sur le budget américain.

* Les VALEURS CYCLIQUES devraient profiter de la perspective d'un compromis avant la fin de l'année aux Etats-Unis au sujet du "mur budgétaire" ("fiscal cliff"), qui menace de replonger le pays en récession s'il n'est pas évité.

* VIVENDI étudie quatre offres préliminaires, toutes supérieures à six milliards d'euros, pour la cession de sa filiale brésilienne de télécoms GVT, a-t-on appris mercredi de sources proches du dossier.

* GDF SUEZ - La cession de titres du groupe n'est pas à l'étude pour financer une éventuelle nationalisation du site ARCELORMITTAL de Florange, contrairement à ce qu'ont dit des représentants syndicaux du site, a déclaré mercredi soir Arnaud Montebourg.

* VALEURS BANCAIRES - Selon un avant-projet de loi vu par Reuters mercredi, la réforme bancaire du gouvernement français sera moins ambitieuse que prévu.

* SODEXO et La Poste ont annoncé la création d'un consortium pour le soutien postal (concentration, acheminement et distribution des courriers et colis) aux 19.000 militaires français basés à l'étranger.

* EUROPACORP a renoué avec les bénéfices pour son premier semestre fiscal, le résultat net part du groupe de 12 millions d'euros (contre -12,6 millions un an plus tôt) ayant profité de la hausse des ventes du groupe à l'international (+20%), grâce notamment aux premières livraisons du film Taken 2, et d'une amélioration du résultat financier (+0,3 million contre -4,0 millions d'euros).

Le début du deuxième semestre de l'exercice 2012-2013 est également marqué par le succès de Taken 2, qui totalise plus de 350 millions de dollars (270 millions d'euros) de recettes au Box-Office mondial, a indiqué la société de production de Luc Besson.

* LAURENT-PERRIER a publié jeudi un résultat net part du groupe en baisse de 27% à 6,9 millions d'euros et une marge opérationnelle en recul de 5,4 points, à 16,2% au titre du premier semestre de son exercice 2012-2013.

Le groupe de maisons de champagne explique avoir notamment subi l'impact de la baisse de près de 30% du rendement de la vendange 2012. Il ajoute que, malgré un "marché européen (qui) invite à la plus grande prudence", il devrait continuer de bénéficier d'une demande bien orientée au grand export.

Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Benjamin Mallet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant