Les valeurs à suivre à la Bourse de Paris

le
0
LA BOURSE DE PARIS AVANCE À LA MI-SÉANCE
LA BOURSE DE PARIS AVANCE À LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les valeurs à suivre mercredi à la Bourse de Paris, en hausse à la mi-journée après son effondrement de la veille, soutenue par l'engagement apparent de la Réserve fédérale des Etats-Unis de poursuivre sa politique de soutien à la croissance.

A 12h35, l'indice CAC 40, qui a chuté de 2,7% mardi, progresse de 0,58% à 3.642,97 points.

BOUYGUES et EADS signent les deux meilleures performances de la matinée, en tête du CAC 40 et du SBF 120 après leurs résultats annuels.

* BOUYGUES bondit de 8,15% dans des volumes représentant 1,7 fois leur moyenne quotidienne des trois derniers mois.

Après une croissance supérieure aux attentes en 2012, Bouygues a annoncé que son chiffre d'affaires devrait rester quasiment stable cette année, les difficultés persistantes de la branche télécoms depuis l'arrivée de Free (Iliad +1%) devant être compensées par la bonne résistance du BTP.

* EADS grimpe de 7,6% après avoir dit tabler sur une nouvelle amélioration de sa rentabilité en 2013, portée par des livraisons record de sa filiale Airbus, le programme du futur long-courrier A350 demeurant le seul risque potentiel majeur du groupe.

* Certaines CYCLIQUES profitent de la perspective d'une poursuite de la politique non conventionnelle de la Fed et de l'amélioration du moral du consommateur allemand pour le deuxième mois d'affilée.

LAFARGE gagne 2,63%, également porté par les prévisions de son concurrent Holcim pour 2013 . SCHNEIDER ELECTRIC prend 1,51% et CAPGEMINI 1,4%. L'indice Stoxx de la construction avance de 0,5% et celui des valeurs technologiques 0,38%.

* Le secteur TÉLÉCOMS européen s'inscrit en hausse de 0,82%, plus forte hausse sectorielle en Europe. Neelie Kroes, commissaire européenne à la Stratégie numérique, a appelé de ses voeux la mise en place d'une régulation du secteur susceptible de créer un vrai marché unique de la téléphonie, fixe et mobile, en vue d'encourager les investissements dans des infrastructures vieillissantes.

VIVENDI avance de 1,4% et FRANCE TELECOM de 0,99%.

* Les VALEURS DÉFENSIVES restent cependant recherchées, illustrant les craintes encore vivaces du marché à l'égard de la zone euro alors que l'Italie est confrontée à un risque de blocage institutionnel après les élections générales de dimanche et lundi.

DANONE progresse de 1,03%, ESSILOR INTERNATIONAL de 0,94% et AIR LIQUIDE de 0,65%.

* A rebours de tendance, les FINANCIÈRES souffrent après une adjudication de dette italienne au cours de laquelle le Trésor italien a dû consentir des rendements en hausse par rapport aux opérations de ces derniers mois.

CREDIT AGRICOLE perd 1,09%, plus forte baisse du CAC 40. AXA cède 1,03% tandis que BNP PARIBAS prend 0,04% et SOCIETE GENERALE 0,2%. L'indice Stoxx des banques de la zone euro lâche 0,1% dans le sillage des établissements italiens (-0,3%).

* CNP ASSURANCES (-3,15%) accuse la plus forte baisse de l'indice SBF 120, Goldman Sachs s'interrogeant sur la politique de dividende de l'assureur et voyant peu de catalyseurs pour le titre qu'il a retiré de ses valeurs préférées à l'achat.

* SEB recule de 1,99%, des analystes ayant révisé à la baisse leurs estimations après le recul des résultats annuels du groupe publiés mardi.

* IPSEN (+3,92%) a annoncé une perte nette en 2012, due notamment à sa sortie de l'hémophilie et à une nouvelle organisation de ses activités de médecine générale en France, mais a déclaré vouloir préserver sa marge opérationnelle en 2013.

* PAGESJAUNES reprend 3,08% à 2,01 euros après sa chute de 29% depuis début février en rebondissant sur un support technique à 1,9 euro.

* NORBERT DENTRESSANGLE (+1,19%) a dit rester attentif aux opportunités de croissance externe s'inscrivant dans sa stratégie de développement et ne pas anticiper de décrochage d'activité cette année malgré un environnement sans visibilité.

* STENTYS avance de 5,37% dans des volumes représentant 2,5 fois leur moyenne quotidienne des trois derniers mois, la société spécialisée dans la conception de stents destinés au traitement des maladies coronariennes ayant annoncé la publication début mars des résultats définitifs d'une étude sur des patients à haut risque traités pour un infarctus.

* DEVOTEAM (-3,17%) a accusé une perte nette de 2,8 millions d'euros en 2012, contre un bénéfice net part du groupe de 14,8 millions d'euros un an plus tôt, les coûts et charges liées à son plan de restructuration pesant sur les résultats du groupe de conseil en technologies de l'information et de la communication

Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant