Les valeurs à suivre à la Bourse de Paris à la mi-séance

le
0

PARIS (Reuters) - Les valeurs à suivre lundi à la Bourse de Paris, qui repart à la baisse après que la Banque mondiale a révisé en baisse ses prévisions de croissance pour l'Asie-Pacifique et prévenu que le ralentissement de l'économie chinoise pourrait s'aggraver et durer plus longtemps que prévu.

A 12h15, le CAC 40, qui avait rebondi de 1,64% vendredi, cède 1,24% à 3.414,33 points :

* PPR, plus gros volume de la cote et seule valeur du CAC 40 à être dans le vert, gagne 2,42% alors que le groupe, selon une source proche du dossier, doit rendre publiques mardi les modalités de sa sortie de la Fnac.

* Les valeurs CYCLIQUES et les FINANCIÈRES sont les principales victimes de la dégradation de la conjoncture mondiale, les indices Stoxx de l'automobile (-1,9%), des produits de base (-1,66%), des bancaires (-1,46%) et des assurances (-1,41%) accusant les trois plus fortes baisses sectorielles en Europe.

SAINT-GOBAIN (-2,88%) est la plus forte baisse du CAC 40, suivi par RENAULT (-2,6%), VALLOUREC (-2,44%), LAFARGE (-2,41%), ARCELORMITTAL (-2,24%) et SCHNEIDER ELECTRIC (-2,24%).

SOCIETE GENERALE perd 2,21%, AXA 1,92% et CREDIT AGRICOLE 1,64%.

Hors CAC 40, PSA perd 2,2%.

* SANOFI perd 1,06%. Le plan social de Sanofi pourrait finalement aboutir à la suppression de beaucoup plus d'emplois que les 900 annoncés officiellement, selon l'intersyndicale.

Par ailleurs, Sanofi a annoncé lundi la publication de résultats positifs d'une étude de phase III évaluant le Zaltrap dans le traitement de patients atteints d'un cancer colorectal métastatique déjà traité.

* AIR FRANCE-KLM (+1,05%) signe la deuxième plus forte hausse du SBF 120 derrière PPR. Le groupe franco-néerlandais, Etihad Airways et Air Berlin ont annoncé un partenariat commercial à compter du 28 octobre pour proposer davantage de destinations grâce à des accords mutuels de partage de codes.

* METABOLIC EXPLORER (-5,14%) a annoncé lundi un projet de réorganisation pour s'adapter à la dégradation du contexte économique, qui devrait se traduire par des suppressions de postes représentant environ un tiers de ses effectifs

Raoul Sachs, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant