Les valeurs à suivre à la Bourse de Paris à la mi-séance

le
0
ESSILOR, EN VEDETTE EN BOURSE DE PARIS À MI-SÉANCEESSILOR, EN VEDETTE EN BOURSE DE PARIS À MI-SÉANCE
ESSILOR, EN VEDETTE EN BOURSE DE PARIS À MI-SÉANCEESSILOR, EN VEDETTE EN BOURSE DE PARIS À MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les valeurs à suivre jeudi à la Bourse de Paris, en hausse à la mi-journée, l'Eurogroupe ayant reçu de la Grèce une demande de "prolongation de six mois" de l'aide financière qui lui est accordée.

A 12h30, l'indice CAC 40 gagnait 0,50% à 4.823,33 points, après avoir touché 4.824,78 points, nouveau plus haut depuis juin 2008:

* CAPGEMINI bondit de 5,57% à un plus haut de près de 13 ans (avril 2002) et signe ainsi la plus forte hausse du SBF 120, après avoir publié des résultats annuels supérieurs aux attentes et prévu une nouvelle croissance en 2015.

Dans le même secteur, ATOS, qui a enregistré un recul de son activité en 2014 sous l'effet de baisse de prix, de la fin de contrats en Europe et des réductions de coûts chez de grands clients, recule de 1,62%.

* ESSILOR (+3,81%) a profité l'an dernier d'une stratégie d'élargissement de ses activités aux verres solaires et au e.commerce qui lui a permis d'accroître sa présence dans les pays émergents et aux Etats-Unis, une dynamique qui devrait se confirmer jusqu'en 2018.

* SCHNEIDER ELECTRIC (+1,96%) a présenté un nouveau plan stratégique donnant la priorité à l'amélioration de sa marge, à la croissance organique et aux économies, après une année 2014 marquée par une légère baisse de sa rentabilité imputable aux effets de changes.

* En revanche, le SECTEUR de l'ENERGIE (-1,82%) accuse la plus forte baisse sectorielle en Europe dans le sillage des cours du pétrole (-2,48% pour le baril de Brent), pénalisés par la forte augmentation des stocks de brut aux Etats-Unis.

TOTAL perd 2,35%, plus forte baisse du CAC 40, TECHNIP 0,97%. MAUREL & PROM cède 1,56%.

VALLOUREC (-5,58%) est également pénalisé par les perspectives annoncées la veille par l'italien Tenaris (-2,3%).

* CREDIT AGRICOLE se replie de 1,59% au lendemain d'un bond de 7,6% lié à des résultats meilleurs que prévu. Deutsche Bank a abaissé son conseil sur la valeur d'"acheter" à "conserver".

* MICHELIN perd 0,58%. Le groupe a fait état mercredi d'une hausse de 2% en janvier du marché européen du pneumatique équipant les voitures et camionnettes neuves, mais d'une baisse de 7% pour la demande en pneus de remplacement, liée notamment à des difficultés en Russie.

* AIR FRANCE-KLM (-7,27%) accuse la plus forte baisse du SBF 120 après avoir annoncé une accélération de ses économies et repoussé ses objectifs de réduction de dette, en estimant que la hausse de l'euro et la baisse de ses recettes pourraient quasiment effacer en 2015 les gains attendus du recul du prix du kérosène.

* TECHNICOLOR perd 5,56% dans des volumes représentant le triple de leur moyenne quotidienne des trois derniers mois sur Euronext, le groupe spécialisé dans les technologies pour le cinéma et la télévision ayant présenté un nouveau plan stratégique sur cinq ans aux perspectives jugées décevantes par une partie du marché. et

* TARKETT abandonne 4,4% dans des volumes représentant 1,6 fois leur moyenne quotidienne des trois derniers mois sur Euronext au lendemain de l'annonce de résultats annuels plombés par la situation économique en Russie.

* INNATE PHARMA est en baisse de 2,49%, la société biopharmaceutique pâtissant d'une perte nette annuelle plus lourde que prévu.

* NEXITY gagne 4,16%. Plusieurs analystes se disent rassurés par les propos du management sur la dynamique actuelle après les résultats 2014.

* TF1 (+3,51%) anticipe une stabilisation du marché publicitaire en 2015 à la faveur d'une conjoncture macroéconomique plus favorable et prévoit une redistribution exceptionnelle à ses actionnaires après la cession d'Eurosport.

* NATIXIS (+1,76%) a annoncé le versement d'un dividende exceptionnel lié à l'introduction en Bourse de l'assureur-crédit Coface et l'acquisition de deux entreprises, une dans la gestion, l'autre dans le conseil.

* INGENICO (+1,53%) vise une croissance organique d'environ 10% de son chiffre d'affaires en 2015, porté par son développement dans les paiements électroniques et la bonne tenue de son activité phare, les terminaux.

(Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant