Les vacanciers plébiscitent les «drives» pour faire leurs courses moins cher

le
3

INFOGRAPHIE - Les consommateurs ont pris le réflexe de commander en ligne avant de partir, afin de récupérer leurs achats sur leur lieu de vacances. Les régions touristiques - Bretagne, Languedoc-Roussillon et Basse-Normandie en tête - offrent le plus de drives par habitant.

En vacances aussi, il faut remplir son frigo. Après de longues heures de route, peu de vacanciers s'attaquent avec plaisir à la corvée des courses. Les «drives» - ce mode de distribution qui consiste à venir retirer en voiture des articles commandés sur Internet - se positionnent comme la bonne astuce pour leur faire gagner du temps... et de l'argent. «Les consommateurs qui sont habitués à ce mode d'achat reportent cette habitude sur leur lieu de vacances. Ils commandent souvent la veille ou quelques jours avant le départ et récupèrent leurs achats sur la route ou près de leur location de vacances le lendemain matin», explique Carole Walter, PDG de MonsieurDrive.com, le premier comparateur de paniers alimentaires en supermarchés drives. Une «astuce» qui leur permet de gagner du temps à leur arrivée, en évitant les rayons bondés des supermarchés. «Cela leur permet aussi de réaliser des économies. Les commerces dans les stations balnéaires ou de ski sont souvent très chers.»

«Notre site enregistre des pics d'audience au moment des grands départs en vacances, signe que les consommateurs l'utilisent aussi pour repérer les magasins près de leur location saisonnière», ajoute Carole Walter. Qu'ils aillent à la mer, à la montagne ou à la campagne, les vacanciers sont plutôt bien servis en «drives», puisque les destinations touristiques les plus prisées sont globalement bien couvertes par les enseignes. «Les prix des produits varient considérablement d'un drive à l'autre. Plus le parc de magasins est développé, plus cela permet aux consommateurs de comparer les différentes enseignes et donc de faire leurs courses au meilleur prix.»

Avec 12 «drives» pour 100.000 habitants, la Bretagne est la destination qui offre le plus de choix aux vacanciers. «Leclerc est le leader du secteur dans cette région et l'enseigne est très offensive dans le développement des drives», explique la PDG de MonsieurDrive.com. Suivent ensuite le Languedoc-Roussillon et la Basse-Normandie avec 6 drives pour 100.000 habitants, puis la région Rhône-Alpes et la Corse (5), selon une étude du comparateur dévoilée au Figaro.

Depuis l'ouverture par Auchan du premier drive en 2004, plus de 3400 sites de ce type ont fleuri sur le territoire français, d'après une récente étude Nielsen en partenariat avec la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad). Une course aux ouvertures qui marque le pas depuis quelques mois. «Le marché arrive à saturation en termes de nombre de magasins. Mais la demande est toujours plus forte», assure Carole Walter. «Aujourd'hui, 24% des foyers achètent au moins une fois par an au drive et, en moyenne, les Français y vont 11 fois par an. En 2013, la fréquence moyenne était de 8 fois par an.» Le panier moyen d'achats au drive s'élève à près de 80 euros pour une quarantaine de produits.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • heimdal le jeudi 2 juil 2015 à 11:37

    Le figaro se base sur une enquête de monsieurdrive.com pour affirmer que c'est moins cher .Décidément la légendaire érudition des journalistes n'est pas présente au Figaro..

  • faites_c le jeudi 2 juil 2015 à 11:29

    Acheter de l'alimentaire frais (légumes, viandes et poissons) sans choisir soit même les produits revient à jouer à la loterie! Contrairement à ce qu'affirme Mme Walter, cela m'étonnerait qu'il y ait une forte proportion de vacanciers qui s'amuse à commander à distance des produits dans un drive de grande surface qu'ils n'ont jamais fréquenté de leur vie!!!

  • faites_c le jeudi 2 juil 2015 à 11:25

    "Les vacanciers plébiscitent les «drives» pour faire leurs courses moins cher"??? Ha bon, le prix de l'alimentaire est moins cher dans un drive que dans l'hypermarché dont il dépend? Cela c'est un scoop du figaro mais malheureusement l'information est complètement fausse: l'article pourrait aussi s'appeler "comment utiliser un titre racoleur qui n'a rien à voir avec le contenu de l'article!"