Les «vacances» d'Aung San Suu Kyi au pays de la peur 

le
0
La dissidente birmane a effectué en silence sa première sortie hors de Rangoun sous le regard admiratif de ses partisans.

Aung San Suu Kyi a quelque chose du joueur de flûte de Hamelin. Dans le sillage de la célèbre opposante birmane, les foules se pressent irrésistiblement.

Malgré sa longue réclusion dans sa maison délabrée de Rangoun et des élections truquées par les généraux qui l'ont marginalisée, les villageois accourent pour apercevoir sa frêle silhouette et pleurent. Aung San Suu Kyi, c'est la défiance à un régime qu'ils exècrent. L'espoir d'un miracle après soixante ans de dictature militaire. Des miettes de liberté qui leur procurent l'ivresse.

Pour son premier déplacement en dehors de Rangoun depuis la levée de son assignation à résidence en novembre dernier, l'icône de la lutte pour la démocratie a choisi la vallée de Pagan, l'un des plus beaux sites architecturaux du monde. Au détour des temples, à l'orée de la forêt sacrée des nats, les génies bienfaisants, elle a prouvé qu'elle était toujours l'objet d'une vénération unanime.

Prison à ciel ouvert

Mais

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant