Les vacances à rallonge des fans islandais

le
0
Les vacances à rallonge des fans islandais
Les vacances à rallonge des fans islandais

ILS ÉTAIENT LÀ pour deux semaines, ils sont désormais en France à durée indéterminée. Les fans islandais présents pour l'Euro, qui représentent près de 10 % de la population locale, doivent s'adapter au fabuleux parcours de leur équipe. Et pour cela, à chacun sa méthode. Peter et son collègue et ami Kristinnh, croisés mercredi à l'aéroport de Nice, ont chacun adopté une stratégie différente. « Je suis venu pour le deuxième match de poules, puis je suis rentré, raconte le premier, un jeune homme blond aux cheveux courts. J'ai repris un billet quand j'ai vu qu'on affrontait l'Angleterre. J'avais un vol pour rentrer mardi, après le match, mais après la qualification, j'ai choisi de rester. De toute façon, mon patron m'a interdit de rentrer tant que notre équipe est encore ici ! » Son ami Kristinnh, drapé dans un étendard bleu à croix rouge, est arrivé le 4 juin : « C'est une aventure de fou, je ne sais pas quand je vais rentrer. Je n'ai pris qu'un vol aller. Aujourd'hui, mon banquier est mon ennemi. Mais on fera les comptes à la fin. L'avantage, c'est qu'une fois qu'on est ici, on peut aller partout. » Partant de ce constat, les deux amis sont actuellement à Rome, avant de regagner Paris demain pour être au Stade de France dimanche. Comme ils ont déjà assisté aux rencontres précédentes, ils sont prioritaires pour décrocher l'un des 6 000 billets alloués à la Fédération islandaise. Certains insulaires, assez rares hier, ont déjà rejoint la capitale. Pétur, 32 ans, garde du corps pour des personnalités politiques islandaises, a choisi la coûteuse option long séjour : « Je suis arrivé il y a trois semaines et j'ai dépensé environ 3 500 EUR depuis. Je me suis installé ce mercredi dans un hôtel à côté du Moulin-Rouge avec un ami. A partir d'aujourd'hui, les Islandais vont arriver en masse. » Le quartier de Pigalle sera leur point de ralliement. Björn, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant