Les USA s'inquiètent de la présence de l'Etat islamique en Libye

le
0

WASHINGTON, 20 mars (Reuters) - Les Etats-Unis sont préoccupés par l'influence croissante de l'Etat islamique (EI) en Libye, qui a profité de la désintégration de l'autorité centrale pour prendre pied dans le pays, notamment dans les villes de Derna et Syrte, estiment des responsables américains et le département d'Etat. Depuis la fin janvier, l'Etat islamique a revendiqué une série d'attentats en Libye, souligne le rapport du Bureau de la sécurité diplomatique du département d'Etat. Il cite notamment l'attaque fin janvier contre le Corinthia, un hôtel de luxe de Tripoli, qui a fait neuf morts, dont cinq étrangers, et celle contre le site pétrolier de Mabrouk au sud de Syrte début février, qui a coûté la vie à 12 personnes. Les djihadistes ont également mis en ligne à la mi-février des photos de la décapitation de 21 coptes (chrétiens) égyptiens sur une plage libyenne. Le document du département d'Etat, qui a été révélé par le site en ligne Washington Free Beacon, estime que le nombre de combattants de l'EI en Libye est compris entre 1.000 et 3.000. Environ 800 d'entre eux sont basés dans la région de Derna, précise le rapport. Parmi ceux-ci, 300 ont auparavant combattu en Syrie ou en Irak. Selon des responsables américains, la Libye, en raison de sa situation stratégique, est devenue un tremplin pour les candidats au djihad d'Afrique du Nord qui veulent entrer en contact avec l'EI. De là, ils sont susceptibles de se rendre en Syrie pour aller combattre sur la ligne de front. Selon le rapport du département d'Etat, l'EI n'a pas réussi à s'emparer de territoires conséquents en Libye. Les Etats-Unis estiment encourageante la décision d'Aube de la Libye, un organisation islamiste mais non djihadiste, basée dans la ville de Misrata, d'organiser une contre-attaque contre les forces de l'EI. Cette milice, qui a pris Tripoli en août dernier, épaule le gouvernement non reconnu par la communauté internationale qui s'est installé dans la capitale. Le gouvernement officiel d'Abdallah al Thinni s'est réfugié dans l'est du pays. Les services américains sont par ailleurs en train d'étudier la revendication par l'EI de la tuerie de mercredi au musée du Bardo dans la capitale de la Tunisie voisine. (Mark Hosenball; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant