Les USA n'ont pas eu le plan de vol du jet abattu par Ankara-sce

le
0
    WASHINGTON, 28 novembre (Reuters) - La Russie n'a pas 
informé l'armée américaine du plan de vol de son avion avant 
qu'il ne soit abattu par la Turquie mardi, malgré l'affirmation 
du contraire par Vladimir Poutine, ont déclaré vendredi deux 
responsables américains. 
    Le président russe avait suggéré une certaine culpabilité 
des Etats-Unis après cette affaire qui a tendu les relations 
entre Moscou et Ankara, allant même jusqu'à laisser entendre que 
Washington pourrait avoir donné à Ankara des plans opérationnels 
russes détaillés à l'avance. 
    S'exprimant devant la presse jeudi à Moscou, Vladimir 
Poutine a déclaré : "Nous avons informé nos partenaires 
américains" sur le lieu et le moment d'intervention de notre 
avion. C'est "précisément" à ce moment-là que l'armée de l'air 
turque a abattu l'appareil, a déclaré Vladimir Poutine. 
    "La question se pose : pourquoi avons-nous transmis cette 
information aux Américains ?", a déclaré Vladimir Poutine. 
    Le Pentagone n'a pas fait de commentaire sur les propos du 
chef du Kremlin même s'il a par le passé reconnu que la 
coalition internationale qui effectue les frappes en Syrie avait 
parfois été succinctement informée par la Russie de certaines 
opérations, comme par exemple du lancement de missiles de 
croisière le 17 novembre. 
    Ce genre d'informations vise à prévenir une collision 
accidentelle entre les anciens ennemis de la Guerre froide qui 
mènent chacun une campagne de bombardements en Syrie. 
    Les deux responsables américains interrogés par Reuters, qui 
s'exprimaient sous le sceau de l'anonymat, ont déclaré que la 
Russie n'avait pas transmis le genre de précisions 
opérationnelles suggérées par Poutine dans ses commentaires.  
    Le degré précis d'une éventuelle communication entre les 
armées russe et américaine, avant ou après l'incident, n'a pas 
été divulgué. 
    La Turquie, qui souhaite le départ du président syrien 
Bachar al Assad, a indiqué qu'elle n'avait pas cherché à abattre 
un avion russe, mais qu'elle avait agi après une incursion de 
celui-ci dans son espace aérien. Le président turc Recep Tayyip 
Erdogan a parlé de "réaction automatique" aux instructions 
données à l'armée. 
    Moscou affirme que son avion n'a jamais quitté l'espace 
aérien syrien. 
     
 
 (Phil Stewart, avec Christian Lowe à Moscou; Danielle Rouquié 
pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant