Les USA libèrent cinq détenus de la prison de Guantanamo

le
0

WASHINGTON, 21 novembre (Reuters) - Les Etats-Unis ont relâché cinq détenus de la prison de Guantanamo, à Cuba, dont des premiers ressortissants yéménites depuis 2010, ont dit des responsables jeudi. Trois des prisonniers ont été envoyés en Géorgie, les deux autres en Slovaquie, précise l'armée dans un communiqué. La libération de quatre Yéménites et d'un Tunisien ramène à 143 le nombre de prisonniers encore détenus à Guantanamo, dont le président Barack Obama a promis la fermeture cette année. Plus de la moitié des détenus restants sont originaires du Yemen. Le centre de détention de Guantanamo a été ouvert en janvier 2002 sous la présidence de George W. Bush sur la base navale américaine à Cuba pour emprisonner les "ennemis combattants" considérés comme une menace pour la sécurité des Etats-Unis. La plupart ont été arrêtées en Afghanistan lors de l'intervention militaire consécutive aux attentats du 11 septembre 2001. Au nom du tort que ce centre porte à la réputation des Etats-Unis à travers le monde, Barack Obama s'était engagé en 2009 à le fermer en l'espace d'un an. Mais il n'a pas encore été en mesure de le faire, en raison notamment des obstacles posés par la Congrès à son projet de fermeture. En janvier, lors du discours sur l'état de l'Union, le président américain a dit que la prison de Guantanamo devait être fermée d'ici la fin de cette année. ID:nL5N0L30SF Le Centre pour les droits constitutionnels (CCR) a salué la libération d'un des Yéménites, Abd Ak Hakim Ghalib Ahmad Alhag, dont il a défendu la cause, tout en critiquant le refus de l'administration Obama d'en libérer davantage. Selon le CCR, le transfert de 54 Yéménites, sur les 84 encore emprisonnés à Guantanamo, a déjà été approuvé. "Nous saluons le transfert de M.Alhag, mais nous rappelons que les hommes yéménites encore emprisonnés devraient être envoyés chez eux ou transférés ailleurs sans plus tarder", déclare Wells Dixon, avocat chez CCR, cité dans un communiqué. La semaine dernière, Buck McKeon, l'élu républicain présidant la commission des services armées de la Chambre des représentants, a évoqué une hausse des instructions du Pentagone au sujet de transferts de détenus de Guantanamo. Il avait alors estimé que les détenus restant étaient "de la pire espèce", ajoutant que certains anciens prisonniers de Guantanamo pouvaient être tentés de grossir les rangs de l'Etat islamique. Barack Obama vient de lancer une campagne militaire contre l'Etat islamique, qui s'est emparé de territoires importants en Syrie et en Irak. "Poursuivre ces libérations alors que nous venons d'ouvrir un nouveau front dans la guerre contre le terrorisme serai mal avisé", avait dit Buck McKeon au secrétaire d'Etat à la Défense Chuck Hagel lors d'une audition remontant au 13 novembre. (Phil Stewart, Benoît Van Overstraeten pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant