Les USA doivent cesser leur hostilité à l'égard de l'Iran-Rohani

le
0
 (Actualisé avec nouvelles citations) 
    par Crispian Balmer 
    ROME, 27 janvier (Reuters) - Les Etats-Unis ne pourront pas 
résoudre les problèmes au Proche-Orient sans l'aide de l'Iran et 
devraient renoncer à leur position "hostile" envers Téhéran, a 
déclaré mercredi le président iranien. 
    Pour sa première visite officielle en Europe, Hassan Rohani 
en a profité pour s'en prendre aussi à l'Arabie saoudite, grand 
rival de l'Iran dans la région du Golfe, affirmant que sa 
campagne militaire menée au Yémen était un échec. 
    Le président Rohani, qui effectue une visite de quatre jours 
en Italie et en France, est très attendu par les milieux 
d'affaires après la levée des sanctions internationales contre 
le pays il y a près de deux semaines en échange de l'encadrement 
des activités nucléaires de la République islamique. 
    Certaines sanctions restent toutefois en place, les 
Etats-Unis accusant l'Iran de financer ce qu'ils considèrent 
comme des groupes terroristes. 
    "Il est possible que l'Iran et les Etats-Unis aient des 
relations amicales. Mais la clé est entre les mains de 
Washington, non dans celles de Téhéran", a déclaré Hassan Rohani 
lors d'une conférence de presse à Rome, disant qu'il serait 
heureux de voir des entrepreneurs américains en Iran. 
    "Je voudrais voir les Américains mettre de côté leur 
hostilité et choisir une autre voie, mais, à l'intérieur des 
Etats-Unis, il y a quelques problèmes, il n'y a pas de voix 
unifiée", a déclaré Hassan Rohani, affirmant que le "lobby 
sioniste" était "très influent". 
    Le président iranien a également rejeté les critiques de 
plusieurs pays occidentaux qui accusent l'Iran de financer 
divers groupes islamistes qu'ils considèrent comme des 
organisations terroristes. 
    "Il est clair que l'Iran est un pays opposé au terrorisme et 
un pays qui combat le terrorisme", a déclaré Hassan Rohani. 
    "Les Etats-Unis savent très bien que quand il s'agit de 
questions régionales importantes, ils ne peuvent rien faire sans 
l'influence ou la parole de l'Iran", a déclaré le président 
iranien qui s'exprimait via un interprète. 
    L'Iran chiite est le grand allié de la Syrie de Bachar al 
Assad dans la région. Les pays occidentaux soutiennent surtout 
l'opposition syrien sunnite, mais ils sont unis avec Téhéran 
contre l'Etat islamique. 
    Ryad et Téhéran ont rompu leurs relations diplomatiques 
après l'exécution par l'Arabie saoudite le 2 janvier dernier 
d'un important dignitaire chiite. Rohani a accusé l'Arabie 
saoudite d'agir sous l'effet de la frustration. 
    "Elle est en colère en raison de ses échecs", a-t-il dit. 
"L'Arabie saoudite bombarde la population appauvrie du Yémen 
depuis dix mois et n'a rien réalisé. Elle n'a pas eu la victoire 
et est haïe plus que jamais par le peuple yéménite." 
 
 (Crispian Balmer; Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant