Les urgences dans la course municipale

le
0
À quelques mois des élections de 2014, le sort du service d'urgences de l'Hôtel-Dieu est devenu un des dossiers chauds de la campagne.

Sur le papier, tout le monde ou presque est d'accord. Ni Anne Hidalgo, la première adjointe au maire de Paris, ni Nathalie Kosciusko-Morizet, la tête de liste de l'UMP pour les municipales de mars 2014, ni Wallerand de Saint-Just, le candidat du FN, ni le sénateur Vert Jean-Vincent Placé ne souhaitent la fermeture du service d'urgences de l'Hôtel-Dieu. La candidate du Parti de gauche Danielle Simonnet y est également opposée ; tout comme Marielle de Sarnez, chef de file du MoDem parisien. Malgré cette belle unanimité, la question est devenue l'un des dossiers chauds de la campagne.

En cause, la position de l'actuelle majorité. Bertrand Delanoë et Anne Hidalgo n'ont de cesse de répéter qu'ils ne veulent pas de la fermeture du service d'urgences. Tout du moins pas dans les délais prévus par le calendrier de l'Assistance pu...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant