Les UMP Carrez et Marini critiquent le dérapage budgétaire

le
3
LE DÉRAPAGE BUDGÉTAIRE CRITIQUÉ PAR LES UMP GILLES CARREZ ET PHILIPPE MARINI
LE DÉRAPAGE BUDGÉTAIRE CRITIQUÉ PAR LES UMP GILLES CARREZ ET PHILIPPE MARINI

PARIS (Reuters) - Les présidents UMP des commissions des Finances de l'Assemblée nationale et du Sénat, Gilles Carrez et Philippe Marini, fustigent le gouvernement après le dérapage des recettes de l'Etat qui entraîne un déficit 2013 plus important que prévu.

Selon le gouvernement, le déficit devrait s'élever à 74,9 milliards d'euros, soit 2,7 milliards de plus que prévu lors du collectif budgétaire, les recettes fiscales étant inférieures de 3,5 milliards aux prévisions.

"Trop d'impôts tue l'impôt", estime Gilles Carrez, qui avait mis en garde l'exécutif très tôt l'an dernier sur ce dérapage, prévisible selon lui. Il précise dans un communiqué avoir demandé aux ministres des Finances et du Budget de s'expliquer devant la commission des finances mardi prochain.

L'écart des recettes fiscales de l'Etat par rapport au budget initial pour 2013 est de 14,6 milliards d'euros.

Le gouvernement a expliqué ce dérapage par l'atonie de la croissance économique en 2012 et 2013 et insisté sur le fait que les dépenses étaient, elles, totalement maîtrisées.

Pour Gilles Carrez, ce résultat "pose aussi la question de la sincérité des prévisions présentées" lors du collectif budgétaire de décembre. "Rien ne peut expliquer que les recettes liées à l'impôt sur le revenu soient en diminution de 1,8 milliard d'euros par rapport à cette prévision", ajoute-t-il. "Toutes les données étaient connues de l'administration."

Philippe Marini estime, lui, que cette révision "montre à quel point le pouvoir exécutif demeure dans l'irréalité".

"Il apparaît que la France n'est absolument pas en mesure de respecter les engagements qu'elle a pris en termes d'amélioration de ses comptes publics et de contrôle de son endettement", ajoute-t-il dans un communiqué.

Le déficit public pour l'année 2013, qui intègrera les comptes sociaux et ceux des collectivités territoriales, sera connu le 31 mars.

Le gouvernement prévoit qu'il atteindra 4,1% du PIB et il prévoit de le réduire à 3,6% à la fin de l'année et de passer sous la limite européenne de 3% fin 2015.

Jean-Baptiste Vey, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sergela3 le vendredi 17 jan 2014 à 15:45

    compter!!

  • sergela3 le vendredi 17 jan 2014 à 15:45

    CRESUS Eux c'était 5 ans de crise pas 18 moisEt le français de base oublie que le déficit lui appartient prestations sociales, sécurité sociale, caisse de chômage.....Pauvre France ton peuple veut toujours+ mais il s'est pas compté!!

  • cresus57 le vendredi 17 jan 2014 à 15:11

    En terme de sincérité et de bricolage de budget les droitopithèques n'ont vraiment aucune leçon à donner. eux faisaient ça en dizaines de milliards.

Partenaires Taux