Les ultras confortent leur emprise sur l'État iranien

le
0
L'ancien président de la République Ali Akbar Rafsandjani, proche des réformateurs, a été écarté de l'Assemblée des experts, qui permet de nommer ou révoquer le guide suprême.

Figure historique de la politique iranienne, Ali Akbar Rafsandjani, 76 ans, a été écarté ce mardi de la direction de l'Assemblée des experts, un organe chargé de nommer ou de révoquer le guide suprême et personnage central de la République islamique.

Les 86 membres de l'Assemblée lui ont préféré l'ayatollah conservateur, Mohammad Reza Mahdavi Kani, 80 ans. La mise à l'écart de Rafsandjani, proche du camp réformateur, apparaît comme une nouvelle victoire des partisans du chef de l'État, Mahmoud Ahmadinejad, son ennemi juré au sein des instances dirigeantes iraniennes. «Avec tous ses défauts, notamment l'affairisme, Rafsandjani est un réaliste et un pragmatique», observe le spécialiste allemand de l'Iran, Walter Poesh, qui n'hésite pas à parler de «catastrophe». «Car Rafsandjani a une grande expérience des dossiers internationaux, et en interne, il pouvait être un pont entre les conservateurs et leurs opposants réformateurs», ajoute-t-il.

Sûr d'être va

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant