Les ultra-orthodoxes s'organisent à Moscou

le
0
Les effectifs de ces mouvements radicaux, estimés à quelques milliers de membres, restent stables. En revanche, leur légitimité croît. Ils bénéficient du rapprochement entre le Kremlin et le patriarche orthodoxe Cyrille.

La nuit est tombée sur la passerelle qui enjambe la Moskva, en face de la cathédrale du Christ sauveur tout illuminée. Croix en main, costume noire et barbe fournie, Leonid Simonovitch-Nikchitch entame sa «patrouille» nocturne. C'est le nom que cet orthodoxe radical, journaliste dans le civil, a donné aux rondes qu'il effectue régulièrement depuis début septembre, à travers Moscou, jusqu'à une heure du matin, afin de «défendre les croyants», faciliter leur pratique du culte et leur accès aux lieux saints - au besoin physiquement. Car ce Russe d'origine serbe en est persuadé: l'affaire des Pussy Riot montre que «la religion orthodoxe est en danger».

Selon lui, la menace a décuplé après que des activistes du groupe féministe ukrainien Femen ont scié une croix en soutien à leurs «s½urs» moscovites emprisonnées. Autre «outrage», la profanation toute récente, à Saint-Pétersbourg, de la tombe originelle de Raspoutine, le conseiller dévot et mystique de la

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant