Les Turcs en deuil après l'attentat qui a fait 95 morts à Ankara

le
0
LA TURQUIE EN DEUIL
LA TURQUIE EN DEUIL

par Ece Toksabay

ANKARA (Reuters) - Les autorités turques travaillaient dimanche à identifier les auteurs et les victimes du double attentat à la bombe, qui a fait 95 morts samedi matin à Ankara, tandis que les Turcs entamaient un deuil national de trois jours.

L'attentat, le plus meurtrier jamais commis sur le sol turc, a vraisemblablement été commis par deux kamikazes - les deux explosions ont eu lieu à quelques secondes d'intervalle - lors d'une manifestation pour la paix rassemblant des militants de gauche et des sympathisants prokurdes devant la principale gare ferroviaire de la capitale turque.

"En deuil pour la paix", titre en une le quotidien laïque Cumhuriyet. D'autres journaux expriment leur colère.

"Les ordures ont attaqué à Ankara", écrit le quotidien Habertürk. "Le but est de diviser la nation", affirme le Star pro-gouvernemental.

L'analyse des corps et des empreintes sur les lieux permet de dire qu'un des kamikazes était un homme âgé de 25 à 30 ans, précise le quotidien pro-gouvernemental Yeni Safak.

L'attentat qui n'a pas été revendiqué, intervient parallèlement à une montée des menaces extérieures à l'encontre de la Turquie, pays membre de l'Otan. La guerre fait rage en Syrie voisine et, depuis quelques jours, l'armée de l'air russe est venue aider le président syrien Bachar al Assad, ce qui a donné lieu à des incursions russes dans l'espace aérien turc.

DEVANT LES HÔPITAUX

Parmi les commanditaires possibles de l'attentat, le Premier ministre Ahmet Davutoglu a cité l'Etat islamique (EI), les nationalistes kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et un groupe révolutionnaire d'extrême gauche, le Parti-Front révolutionnaire de libération du peuple (DHKP-C).

Les services du Premier ministre ont identifié dans la nuit 52 des victimes et indiquent que les autopsies se poursuivent. Ils précisent que sur les 246 blessés, 48 sont toujours en soins intensifs.

"Le travail nécessaire est fait pour identifier ceux qui sont derrière l'attentat et les traduire rapidement en justice", indique un communiqué du Premier ministre.

Dimanche matin, les proches des victimes attendaient avec anxiété devant les hôpitaux où sont soignés les blessés.

Les deux explosions sont survenues à quelques secondes d'intervalle. La manifestation, à laquelle participaient notamment des sympathisants de la formation pro-kurde Parti démocratique des peuples (HDP, gauche) visait à protester contre la mort de centaines de personnes depuis la reprise des hostilités entre les forces de sécurité et le PKK dans le sud-est de la Turquie, région à majorité kurde.

Quelques heures après le double attentat, le PKK a annoncé avoir ordonné à ses combattants de cesser leurs opérations en Turquie sauf en cas d'agression. Le parti autonomiste a dit vouloir éviter les actions susceptibles d'empêcher la bonne tenue des élections législatives prévues le 1er novembre.

(Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant