Les troubles de la mémoire souvent bénins

le
0
Beaucoup d'oublis liés au vieillissement, plutôt dus à des troubles de l'attention, ne doivent pas faire craindre un Alzheimer.

Chercher le titre d'un livre, le nom d'un acteur, l'endroit où l'on a rangé ses clés: les occasions de tester sa mémoire ne manquent pas. D'autres fois, c'est le souvenir de quelque chose que l'on a vécu (mémoire autobiographique) qui devient flou. Aussitôt on s'inquiète, on se demande si l'on n'est pas en train de commencer une maladie d'Alzheimer.

En réalité, l'infidélité de notre mémoire est un phénomène normal: «La mémoire autobiographique est une mémoire mouvante se reconstruisant en permanence, tout à fait différente d'une mémoire cristallisée», explique le Pr Pascale Piolino, à la tête du laboratoire de recherche consacré à la mémoire à l'université Paris-Descartes. Les neuroscientifiques estiment même qu'un cerveau qui ne serait plus capable d'oublier serait vite encombré par l'afflux d'informations qui l'assaille en permanence et ne pourrait plus fonctionner correctement.

Encodage, stockage et rappel

Aujourd'hui, même si la mémoire n'a pas livré

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant