Les trois mousquetaires de l'ASM

le
0

João Moutinho, Thomas Lemar et Bernardo Silva, le renouveau de l'AS Monaco passe par ses trois milieux de terrain de poche. 1,70m de moyenne mais de la caresse, du dribble et de la vista. Ou comment Monaco s'est reconstruit avec trois demi-portions.

  • João Moutinho, le poumon


    Pendant longtemps, l'ancien milieu du FC Porto était au cœur des débats à chaque sortie sous le maillot de l'AS Monaco. On s'est même demandé à quoi pouvait-il servir... Rarement décisif, parfois invisible, le numéro 8 donnait l'impression de se faire chier sur le Rocher. Le déclic a lieu le soir de son plus mauvais match avec l'AS Monaco. Hasard ou pas, c'est face au Benfica, à Lisbonne dans la ville qui l'a vu éclore au football, qu'il touche le fond un soir de défaite en Ligue des champions en novembre 2014 (0-1). Au Portugal, il est méconnaissable. L'électrochoc se produit à ce moment-là. Derrière, il va ressusciter pour (re)devenir le Moutinho du FC Porto. Le mec pour lequel l'ASM s'est délestée de 25 millions d'euros en 2013. Très bon durant l'année 2014, le petit milieu avait démarré la saison actuelle sur un gros rythme : pressing, orientation, fluidité, il était au départ de toutes les séquences monégasques. Et quand il s'est blessé à la cheville avant la double confrontation contre Valence en août, Monaco a vacillé. Tout sauf un hasard. Même si ses statistiques ne démontrent pas son importance (1 but, 1 passe en 16 matchs de Ligue 1), Monaco n'a pas le même visage avec ou sans son numéro 8. Alors que Ranieri n'a jamais réussi à l'installer confortablement dans son 4-3-3, Jardim lui a trouvé un poste idoine pour briller dans son 4-2-3-1. Depuis le miracle de l'Emirates face à Arsenal - où il avait été étincelant - Moutinho joue numéro 10 reculé. Et ça change tout. Plutôt discret dans le vestiaire et en froid avec la presse, l'international portugais traverse sa saison sans aimanter la lumière alors que tous les ballons passent par lui. Sous-médiatisé, sous-estimé, sauf dans son équipe. Et c'est bien ça, le plus important.

  • Bernardo Silva, Golden moustache


    Inconnu il y a encore 18 mois, Bernardo Silva a longtemps été le seul frisson qui parcourait les corps au Louis-II. Tricard au Benfica, le gaucher a fait des débuts tonitruants contre Leverkusen en…




  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant