Les trois «misères» du pape François

le
0

En publiant son premier message de Carême, le pape démontre qu'il n'est pas l'homme de gauche dans lequel beaucoup veulent l'enfermer mais un guide spirituel radical et exigeant. Pour lui, l'aumône doit «faire mal» !

On enferme facilement le pape François dans l'image d'un pape de gauche focalisé sur la seule question de la justice sociale. En publiant, mardi, son premier message de Carême (du 5 mars au 20 avril) destiné à orienter la méditation des chrétiens pendant les quarante jours qui précèdent la fête de Pâques, il répond à cette simplification en expliquant que la «pauvreté» est tout autant «matérielle», que «morale» et «spirituelle». Et il propose trois définitions de la misère.

? «La misère matérielle»

La «misère matérielle» est «celle qui est appelée communément pauvreté et qui frappe tous ceux qui vivent dans une situation contraire à la dignité de la personne humaine: ceux qui sont privés des droits fondamentaux et des biens de...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant