Les trois "Femen" condamnées à Tunis sont en France

le
1
LIBÉRATION DE TROIS "FEMEN" EMPRISONNÉES EN TUNISIE
LIBÉRATION DE TROIS "FEMEN" EMPRISONNÉES EN TUNISIE

PARIS (Reuters) - Les trois militantes du groupe Femen condamnées en appel à quatre mois et un jour de prison avec sursis en Tunisie pour avoir manifesté seins nus sont arrivées jeudi à Paris au lendemain de leur libération.

Les Françaises Marguerite Stern et Pauline Hillier et l'Allemande Josephine Markmann ont brandi leurs poings en l'air mais n'ont fait aucune déclaration à leur arrivée à l'aéroport d'Orly, près de Paris.

"On va prendre soin d'elles et demain, c'est reparti", a dit à la presse une membre des Femen, Sarah Constantin. "Evidemment que le combat continue, il ne s'est pas arrêté une seule seconde".

Quelques heures après leur procès en appel, les trois militantes sont sorties mercredi soir de la prison pour femmes de la Manouba, près de Tunis, où elles étaient détenues depuis près d'un mois.

Elles avaient été condamnées en première instance à quatre mois et un jour de prison ferme pour indécence après avoir manifesté seins nus le 29 mai dernier pour réclamer la remise en liberté d'une militante Femen tunisienne, Amina Tyler.

Celle dernière, âgée de 18 ans, est toujours en détention, dans l'attente de son procès. Elle a été arrêtée à Kairouan le 19 mai après avoir accroché une banderole féministe sur le mur d'une mosquée et avoir tenté de dénuder sa poitrine.

La jeune femme protestait contre la tenue du congrès de l'organisation islamiste Ansar al Charia.

"On retournera en Tunisie tant qu'Amina ne sera pas libérée", a dit Sarah Constantin jeudi.

La condamnation des trois militantes européennes avait indigné la France, l'Allemagne et l'Union européenne, qui avaient exhorté le gouvernement tunisien à revoir ses lois en matière de liberté d'expression.

Né en Ukraine en 2008, le mouvement Femen, qui se caractérise par des apparitions seins nus, a multiplié ces derniers mois les actions en France, notamment pour défendre le droit au "mariage pour tous" lors de manifestations d'opposants au texte.

Marine Pennetier et Eric Faye, avec Tarek Amara à Tunis, édité par Sophie Louet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8721653 le jeudi 27 juin 2013 à 11:06

    A QUAND LA PROCHAINE EXHIBITION DE NICHONS PLUS BESOIN D'ALLER AU CABARET STREAPTEASE GRATUIT