Les tripots en ligne n'ont plus la cote

le
0
En cinq ans, le nombre de sociétés opérant sur le marché des jeux d'argent en ligne a été divisé par deux.
En cinq ans, le nombre de sociétés opérant sur le marché des jeux d'argent en ligne a été divisé par deux.

Rien ne va plus... pour les casinos en ligne. C'est même la franche débandade pour le poker virtuel. Les chiffres publiés cette semaine par l'Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel) dévoilent que les joueurs compulsifs misent de moins en moins « online ». Les « cashgames » ont ainsi plongé de près de 14 % en 2015, pour atteindre 3,7 milliards d'euros. Un mouvement de fond (puisque c'est la troisième année consécutive de reflux) qui a été partiellement compensé par la hausse des paris sportifs sur Internet. Le produit brut des jeux (PBJ) qui s'apparente au chiffre d'affaires annuel des opérateurs de ce secteur n'a, de fait, fléchi que de 4 % en 2015.

Les résultats enregistrés par les 16 opérateurs agréés par l'Arjel et officiellement autorisés à exercer sur le territoire français laissent néanmoins entrevoir une embellie pour 2016. D'abord, parce que les Français restent des flambeurs. Ils engloutissent, collectivement, 10 milliards d'euros chaque année (sur les plateformes autorisées) en espérant décrocher le gros lot.

Embellie en 2016 ?

Ensuite, les chiffres du quatrième trimestre 2015 laissent entrevoir un léger mieux. Pas sur les jeux de casino, toujours en recul (de 12 %), mais sur celui des paris sportifs dont la progression exceptionnelle au quatrième trimestre (+ 17 %) a permis de maintenir le produit brut des jeux (PBJ) au même niveau que le dernier trimestre 2014.

...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant