Les triplées étaient en fait... quatre

le
0
Les triplées étaient en fait... quatre
Les triplées étaient en fait... quatre

«Mais il y a encore des pieds ! » Le 8 février, alors qu'il venait d'accoucher Kimberly Fugate, 42 ans, de triplées, l'obstétricien du centre médical de l'université du Mississippi, à Jackson, a eu la surprise de découvrir une quatrième petite fille. Le bébé avait échappé aux médecins qui avaient réalisé les nombreuses échographies durant cette grossesse très surveillée car déjà hors norme.

Le suspense a encore duré plus longtemps pour Craig, le père. Il n'a été informé par sa femme que lors de sa première visite à l'hôpital. Elle lui a alors tendu les petits bracelets de naissance et lui a demandé de les compter ! Il y en avait un de plus que prévu... Les fillettes sont nées par césarienne, presque treize semaines avant terme, se portent aussi bien que possible et sont suivies de près en soins intensifs. Elles s'appellent Kenleigh, Kristen, Kayleigh et Kelsey et ont déjà une grande soeur, Katelyn, âgée de 10 ans. « J'ai cru que c'était une plaisanterie », a pour sa part expliqué au journal le « Daily Mail » James Bofill, directeur de l'unité de néonatalogie pour qui ces naissances étaient évidemment une première en vingt-sept ans de carrière. Mais ce bébé, qui joue à cache-cache, n'est pas le seul épisode extraordinaire dans cette histoire.

Quatre jumelles issues du même oeuf

La mère assure que les quadruplées n'ont pas été conçues par fécondation in vitro et le fait d'avoir des quadruplés « naturellement » est extrêmement rare : très exactement une chance sur... 729 000. Plus fort encore, les quatre K, ou « l'équipe de quatre » comme l'appelle Kimberly, sont monozygotes. Cela signifie que, pour une raison mystérieuse, le même oeuf s'est divisé en quatre peu après la conception. Les fillettes sont donc identiques, comme des vraies jumelles... multipliées par deux. Un précédent a toutefois eu lieu en Allemagne, en 2012. On avait alors estimé à soixante le nombre de quadruplés ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant