Les tribunes du Parc crient de nouveau

le
0
Les tribunes du Parc crient de nouveau
Les tribunes du Parc crient de nouveau

Une grosse centaine d'ultras étaient présents en tribune Auteuil pendant PSG-Bordeaux. L'occasion pour le Parc de regoûter à un début d'ambiance digne de ce nom grâce à ces deux kops qui se sont rendu la balle pendant tout le match. Reste à conquérir les tribunes latérales...

"Tout à l'heure, la sécurité bloquait une centaine d'ultras à l'entrée du périmètre du stade, mais visiblement ils sont entrés." Ce spectateur du Parc à l'œil. Dans la partie supérieure de la tribune Auteuil, un groupe est agglutiné, en train de chanter, écharpes au poing. Annoncé via un système de ventes individuelles de billets, le retour des supporters les plus engagés du PSG prend forme. Et cela se ressent forcément. Dès l'échauffement, les ultras veulent reprendre possession et le font savoir. "Le Parc avec nous", scande le groupe, qui reçoit quelques applaudissements en retour. Pas encore la folie d'un stade écossais un jour de Old Firm, mais un bon début qui contraste avec le son nonchalant de Gorillaz, le titre Clint Eastwood, qui a été choisi par le DJ du stade. Les décibels montent logiquement à l'annonce de la composition parisienne, avec une mention spéciale pour la coqueluche Edinson Cavani. Quand le bout de tribune dédiée aux supporters bordelais tente courageusement de se faire entendre, les deux kops parisiens couvrent avec des chants, écharpes déployées.


C'est plus calme dans les tribunes latérales, notamment la tribune Paris où s'agitent quelques drapeaux, mais dont ne descend quasiment aucun bruit. Le match lancé, Auteuil ne baisse pas le rythme, Boulogne suit le mouvement. Mais c'est bien l'ensemble du stade qui explose quand Edinson Cavani marque d'une tête piquée dès la troisième minute. Forcément, le nom de l'Uruguayen est scandé, jusqu'à ce que des sifflets viennent accueillir le craquage d'un fumigène dans le petit kop girondin. Au moins, il y a de la vie dans le stade. Un stade qui reste pour grande partie simple spectateur, mais l'autre partie venue pour pousser son équipe est bien là. Le début de match raté de Bordeaux aide, mais il n'est pas seul pour expliquer la sérénité qui se dégage de cette équipe parisienne. Même les gestes défensifs de Verratti ou Marquinhos trouvent des applaudissements. Et quand Cavani tombe dans la surface au contact d'un défenseur adverse, Auteuil et Boulogne tentent, en vain, d'influencer Antony Gautier pour gratter un penalty.

"Le Parc avec nous"

[BR…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant