Les traders privés de leurs deux secondes en or

le
0
Depuis lundi soir, sur son ordre, la vente de certaines informations financières par un grand nom du secteur, Thomson Reuters, est suspendue.

Eric Schneiderman, le procureur de New York, a décidé d'ouvrir un nouveau front dans la bataille pour la moralisation des pratiques sur les marchés financiers. Et il a mis le doigt sur une pratique qui peut paraître étonnante aux yeux des non-initiés - c'est le cas de le dire!

Depuis lundi soir, sur son ordre, la vente de certaines informations financières par un grand nom du secteur, Thomson Reuters, est suspendue. L'entreprise avait coutume de vendre à ses clients qui étaient prêts à payer pour cela - 6000 euros par mois selon le ­Financial Times- le droit de connaître certaines informations deux secondes avant qu'elles ne soient publiées pour le commun des mortels. C'était par exemple le cas des indices de confiance calculé par l'université du Michigan.

Des indices qui ont le pouvoir de faire bouger...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant