Les «tickets resto» acceptés dans les distributeurs

le
1
Les entreprises peuvent désormais demander des nouveaux distributeurs équipés pour accepter les titres-restaurant. Les machines installées dans les lieux publics ne sont pas concernées par ce dispositif.

Bonne nouvelle pour les salariés des 120.000 entreprises qui bénéficient des titres-restaurant en France. Ils pourront désormais les utiliser pour payer leur sandwich ou salade à l'heure du déjeuner dans les distributeurs automatiques situés sur leur lieu de travail. La Chambre syndicale de la distribution automatique (Navsa) et la Commission nationale des titres restaurants (CNTR) ont signé un accord le 16 juillet dernier, qui est entré en vigueur «début septembre», indique Nicolas Bodilis-Reguer, délégué général de la Navsa.

Cette charte met en place des règles strictes d'utilisation des titres-restaurant comme moyen de paiement dans les distributeurs. «Notre profession ne peut se permettre le risque d'une éventuelle remise en cause de l'accord pour raison de dérives», peut-on lire dans la présentation de l'accord. Pour Nicolas Bodilis-Reguer, il s'agit surtout de «respecter les règles du jeu déjà en place pour les quelque 180.000 établissements affiliés, que ce soient des restaurants, brasseries, traiteurs, boulangeries ou fast-foods».

Première règle, ce dispositif ne concerne que les machines installées en entreprise et non celles implantées dans les lieux publics. En outre, un seul titre-restaurant peut être utilisé par salarié chaque jour sur l'ensemble du site, sachant qu'il lui sera possible de régler plusieurs articles avec un même ticket. Seuls les titres du personnel de l'entreprise sont acceptés, et leur usage autorisé pendant les seuls jours travaillés. De même, seuls les «produits éligibles», c'est-à-dire des préparations alimentaires directement consommables ou éventuellement à réchauffer ou à décongeler, pourront faire l'objet d'un règlement en titre-restaurant. Enfin, la charte spécifie que le rendu de monnaie par la machine est «interdit». Des contrôles seront menés fréquemment et des sanctions sont prévues en cas de non-respect de ces dispositions, assure la Navsa.

Fidélisation des salariés

A ce jour, près de 530.000 distributeurs sont installés dans des locaux professionnels, soit 83% du parc total de machines, et les entreprises peuvent désormais demander de nouveaux distributeurs équipés pour les titres-restaurant. «Un certain nombre de sociétés sont installées dans des quartiers où l'offre alimentaire est limitée, mais faute de pouvoir utiliser leurs tickets-restaurant, les salariés ignorent les machines disponibles sur leur site et préfèrent descendre dans la supérette en bas de l'immeuble», déplore Nicolas Bodilis-Reguer. «L'offre des distributeurs s'est pourtant considérablement améliorée avec des formules variées, équilibrées et à petits prix.»

Les sociétés de distribution automatique demandaient depuis plus de dix ans à pouvoir entrer dans le club des acteurs habilités à proposer à leurs clients l'usage des titres-restaurant, alors que 15% des repas vendus dans l'Hexagone sont réglés avec ce moyen de paiement. «La profession n'a tiré jusqu'à présent aucun profit des 5,16 milliards d'euros de chiffre d'affaires généré par les titres-restaurant chaque année», faisait récemment remarquer la Navsa.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • callamos le mardi 10 sept 2013 à 14:21

    Quelle bêtise: les TR Papier vont disparaitre.http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000027605343