«Les terroristes cherchent à devenir des héros»

le , mis à jour à 10:50
3
«Les terroristes cherchent à devenir des héros»
«Les terroristes cherchent à devenir des héros»

Dans sa consultation spécialisée, Serge Hefez, psychiatre à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, réapprend à des jeunes radicalisés de 15 à 25 ans à établir des relations normales avec leurs proches et avec les autres.

Les terroristes qui passent à l'acte présentent-ils une psychologie particulière ?

SERGE HEFEZ. Il faut arrêter de psychiatriser systématiquement les terroristes ! La plupart d'entre eux ne sont, au départ, pas très différents des jeunes qui s'infligent des scarifications sur le corps ou sombrent dans l'anorexie. A un moment donné, ils éprouvent le besoin de se désaffilier de leur famille, sauf qu'ils vivent cette crise d'identité de façon extrême. Bien sûr, leur radicalisation peut relever de la psychiatrie, mais ce n'est jamais le seul facteur. La religion, ainsi que le contexte social et politique, entre également en jeu.

Quel est le poids de la propagande pro-Daech dans leur « conversion » ?

Le groupe Etat islamique a des recruteurs très habiles, capables de repérer, chez des profils très variés, ce qui peut attirer untel ou untel. Pour certains, ce sera l'appel de la guerre, pour d'autres une vision complotiste du monde ou bien une quête de sacré. Il suffit d'utiliser leurs failles psychologiques pour les alpaguer.

Aujourd'hui, le processus de radicalisation semble de plus en plus rapide...

En effet. Abou Bakr al-Baghdadi, le chef du groupe Etat islamique, ne cherche plus vraiment à rassembler sous la bannière de l'Etat islamique. Il invite plutôt ses adeptes à agir seuls. D'où l'apparition, ces derniers mois, de loups solitaires au profil plus paranoïaque, plus psychiatrique, et de fait plus violents, comme Omar Mateen, le tueur d'Orlando, ou Mohamed Lahouaiej Bouhlel, l'auteur de l'attentat de Nice.

Leur moteur n'est pas la religion ?

Non, pas du tout. Souvent, d'ailleurs, ils s'habillent à l'occidentale, boivent ou ont une sexualité débridée... Le problème, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3182284 il y a 4 mois

    Des zéros qui aimeraient etre des héros. Parce qu'ils ne peuvent ni posséder ni consommer, leurs frustrations les entraînent vers la destruction. Chez les arabes dans cette situation, le terrorisme islamique tombe à point nommé en pointant l'Occident comme agent déresponsabilisant de leur indicible vie de raté.

  • M1360996 il y a 4 mois

    Censure bien sur! Les appels à "pas d'amalgame" des panou-panou, ça commence à ne plus suffire...

  • mucius il y a 4 mois

    Début d'une campagne médiatique pour censurer d'abord les noms des terroristes, ensuite les actes eux-mêmes pour ne pas traumatiser les Français. Car des Français traumatisés ça ne consomme pas et l'économie ne repart pas. Donc pour le bien de tous, on voudrait ne plus annoncer que des nouvelles agréables. Malheureusement pour ces politicards il y a Internet et la population peut s'informer sans eux et sans les médias subventionnés.