Les terrasses et lieux publics conquis par le chauffage au sol

le
1

Une brasserie du XVe arrondissement a remplacé ses chauffages suspendus par des planchers chauffants amovibles et basse tension. D’autres lieux suivent car les usagers apprécient et les propriétaires espèrent des économies d’énergie.

Vous avez vos habitudes aux terrasses de brasseries parisiennes et vous trouvez qu’elles sont soit trop chauffées, soit pas assez? Sachez que l’une d’entre elles s’est laissée tenter par un plancher chauffant amovible et basse tension pour remplacer ses chauffages suspendus baptisés «grille-pain». Certains clients s’en plaignent et ces systèmes sont à la fois gourmands en énergie et polluants.

» Lire aussi - Quelle est la température idéale pour chauffer votre logement?

La brasserie en question, Au Roi du café, se situe rue Lecourbe dans le XVe arrondissement. Résultat? «Quand il faisait -6 degrés dehors ces dernières semaines, les clients étaient agréablement surpris de pouvoir avoir 16 à 17 degrés à l’intérieur. Aujourd’hui (jeudi), nous avons même 21 degrés», raconte au Figaro Thibault Roux, le patron du bistrot depuis plus de dix ans. C’est une petite sonde implantée dans le sol et reliée à un thermostat placé à 1,5 mètre du plancher qui permet de réguler la température.

Le principe n’est pourtant pas nouveau: des lieux de culte, des monuments historiques ou même sans doute vos logements en sont déjà équipés. Mais pour les bistrots de Paris, c’est une première. «Nous avons constaté un regain d’affluence en début de soirée, notamment chez les jeunes», explique Thibault Roux.

La terrasse, avant

Bientôt des bancs chauffants pour les terrasses ouvertes?

Même s’il a dû débourser 12.000 euros pour rénover sa terrasse de 20 m², le commerçant se frotte les mains à l’idée de voir sa facture énergétique baisser. Ce plancher chauffant électrique modulaire, composé de caissons en tôle d’acier, doit en effet permettre 20% à 40% d’économies, selon Thermalu, la société coopérative des Hautes-Alpes qui a conçu le produit. «C’est de la très basse tension, il n’y a donc aucun risque de surtension ou de court-circuit», assure Fabrice Touillaud qui représente Thermalu à Paris et en Ile-de-France.

La terrasse, après

Après avoir équipé la salle des prières de 320 m² de la Pagode d’Évry (Essonne) ou encore la scène principale extérieure d’un grand parc d’attractions de l’est de Paris, ce chef d’entreprise indépendant espère équiper quatre à cinq autres brasseries dans le quartier des Invalides (VIIe arrondissement). La Direction de l’urbanisme lui a déjà délivré les autorisations.

Et quid des terrasses ouvertes? Il n’était évidemment pas question d’opter pour le même système de plancher chauffant qui n’aurait été d’aucune utilité à l’extérieur de la brasserie. Thermalu réfléchit plutôt à des bancs chauffants tridirectionnels (dos, jambes et pieds), à l’instar de ceux conçus pour les églises. «Il est important de chauffer les fidèles et d’éviter de chauffer l’espace pour ne pas détériorer les ouvrages, les peintures ou les sculptures», explique Fabrice Touillaud. Des discussions sont également en cours avec la mairie de Paris pour l’installation de planchers chauffants dans des monuments historiques, des salles municipales ou encore des stands d’exposition. Les noms restent pour l’instant secrets.

La Pagode d’Évry (91) pendant la pose des trames

La Pagode d’Évry (91) après

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sibile il y a 9 mois

    après avoir été boudés, les planchers chauffants reviennent au gout du jour