Les terminaux méthaniers toujours en grève

le
0

PARIS (Reuters) - La grève se poursuit dans les trois terminaux méthaniers français, où les salariés bloquent depuis mardi les installations pour obtenir une meilleure répartition des bénéfices réalisés par la maison-mère GDF Suez.

Une rencontre doit avoir lieu jeudi après-midi entre les syndicats et la direction nationale d'Elengy, filiale de GDF Suez dont les terminaux produisent plus de 30% du gaz consommé en France, ont dit à Reuters Elengy et les syndicats.

GDF Suez n'a pas souhaité commenter cette information.

Les installations de Fos-Cavaou et Fos-Tonkin (Bouches-du-Rhône) et de Montoir (Loire-Atlantique) sont à l'arrêt et la grève pourrait si elle se prolonge affecter les consommateurs, selon un responsable CGT.

"Il n'y a pas de problème pour la sécurité d'approvisionnement du pays", a dit à Reuters un porte-parole de GDF Suez au cours de la semaine.

Les salariés réclament une augmentation de leur retour sur participation, évoquant le doublement en un an des bénéfices d'Elengy, qui compte 430 salariés.

GDF Suez a annoncé lundi le rachat des 30 % du britannique International Power qu'il ne détenait pas pour 6,8 milliards de livres (8,4 milliards d'euros), une opération qui lui permettra de se renforcer dans les pays émergents.

Un terminal méthanier a pour fonction de regazéifier du gaz naturel transporté sous forme liquide (GNL) par bateau puis de l'injecter dans le réseau de transport.

Marion Douet et Muriel Boselli, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant