Les tensions sur le marché pétrolier sont encore loin, dit l'AIE

le
0

LONDRES, 15 avril (Reuters) - La hausse de l'offre de l'Opep et l'éventualité d'une augmentation des exportations de l'Iran devraient retarder le regain de tension attendu sur le marché pétrolier mondial même si la demande montre des signes d'amélioration, a estimé mercredi l'Agence internationale de l'énergie. Dans son rapport mensuel, l'AIE a relevé de 90.000 barils par jour (bpj) sa prévision de croissance de la demande mondiale pour 2015, à 1,08 million de bpj, ce qui porterait la demande moyenne sur l'ensemble de l'année à 93,60 millions de bpj. Les cours du brut ont chuté de moitié environ depuis juin 2014, revenant de 115 dollars le baril pour le Brent LCOc1 à moins de 60 dollars, un mouvement favorisé par une offre abondante et qui s'est accéléré en novembre après la décision de l'Opep de ne pas réduire son plafond de production pour défendre ses parts de marché. La demande globale augmente plus vite que prévu mais c'est également le cas pour l'offre, ce qui conduit l'AIE à repousser le moment où cette évolution se traduira par des tensions sur le marché. "Au final, cela suggère que le rééquilibrage du marché pourrait en être encore à sa première étape", explique-t-elle. Dans de précédents rapports, l'agence disait prévoir un rééquilibrage du marché pétrolier mondial au second semestre de cette année avec le ralentissement de la croissance de l'offre nord-américaine et l'effet positif de la baisse des cours sur la demande. La production de l'Opep a atteint 31,02 millions de bpj en mars, son plus haut niveau depuis près de deux ans, avec la hausse des pompages de l'Arabie saoudite, de l'Irak et de la Libye, précise le rapport publié mercredi. "Les avancées des discussions sur le programme nucléaire de Téhéran ne font pas que remettre en question les hypothèses de travail passées sur l'évolution de la production iranienne: elles pourraient avoir déjà encouragé d'autres producteurs à augmenter leur offre pour s'assurer des parts de marché avant le retour possible de l'Iran", explique-t-il. Parallèlement, la consommation de pétrole s'est révélée plus solide qu'anticipé en Europe, en Inde ou encore aux Etats-Unis, mais l'AIE doute de la pérennité de ce mouvement. Le niveau de production de l'Opep observé en mars, lui, pourrait se maintenir, voire monter encore en avril. L'AIE maintient sa prévision d'une demande pour le brut Opep en 2015 à 29,50 millions de bpj, ce qui augure d'une offre de plus en plus excédentaire. (Alex Lawler et Christopher Johnson, Marc Angrand pour le service français)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant