Les tensions se poursuivent à Colquiri

le
0

(Commodesk) Depuis la nationalisation de la mine de Colquiri en Bolivie, les tensions entre la coopérative 26 de Febrero et la compagnie d'Etat, Corporacion Minera de Bolivia (Comibol), perdurent. Une centaine de mineurs des coopératives bloquaient les trois principales routes d'accès à la capitale du pays depuis deux semaines. Le blocage a été levé le 14 septembre suite à un accord avec le gouvernement qui propose une exploitation conjointe du gisement de zinc et d'étain.

Avant même la nationalisation, 26 de Febrero revendiquait déjà une partie de cette mine qui appartenait alors à une filiale de Glencore. Le décret 1337, négocié avec le gouvernement lors de la nationalisation, devait leur attribuer 75% de la veine Rosario, la plus prolifique du gisement. Mais une fois que la Comibol a évoqué le nouveau plan de développement de la mine fin août, il n'était plus question de ce décret.

Mécontents les mineurs ont bloqué les routes reliant la mine à La Paz depuis le début du mois de septembre, ce qui entraîne des pertes quotidiennes de 200.000 dollars selon la presse locale. Reste à savoir si le nouvel accord sera respecté cette fois-ci.

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant