Les tensions diminuent en zone euro mais les risques persistent

le
0
(NEWSManagers.com) -
Le dernier numéro de La Revue de la stabilité financière de la BCE (décembre 2012), publié le 17 décembre, met en évidence un allègement sensible des tensions affectant la stabilité de la zone euro depuis l'été qui se manifeste au travers de plusieurs indicateurs de marché.
L'annonce par la BCE de son programme d'opérations monétaires sur titres (OMT) et les décisions prises par le Conseil européen en juin sont fondamentalement responsables de l'amélioration ressentie sur les marchés financiers qui a réduit la dispersion des rendements et des spreads des instruments de dette souveraine. L'accord conclu par le Conseil Écofin (et le Conseil européen) sur la création d'un mécanisme de surveillance unique, confiant la supervision bancaire à la BCE, est une autre indication importante de l'amélioration constante du cadre de l'Union monétaire comportant des conséquences favorables pour la stabilité financière future.
Néanmoins, les principaux risques pesant sur la stabilité financière persistent et il faut se garder de tout excès de confiance. Ces risques potentiels résultent de déséquilibres et de vulnérabilités dans les domaines budgétaire, macroéconomique et du secteur financier et ils peuvent être regroupés en trois catégories:


a/ une éventuelle aggravation de la crise de la dette souveraine de la zone euro, pour partie en raison du risque de mise en oeuvre des mesures convenues tant au niveau national qu'à celui de l'Union européenne


b/ une nouvelle détérioration de la rentabilité des banques et de la qualité du crédit imputable à la morosité de l'environnement macrofinancier


c/ une amplification des tensions sur le financement des banques dans les pays en difficulté en raison de la fragmentation des marchés financiers.
La dimension systémique de ces risques potentiels résulte non seulement de chacun d'entre eux considéré isolément, mais également d'une amplification éventuelle résultant des interactions entre eux.

Les mesures rapides prises par la BCE pour faire face aux risques pesant sur la stabilité des prix de la zone euro ont été primordiales non seulement pour garantir la réalisation de l'objectif principal de la BCE, c'est-à-dire le maintien de la stabilité des prix, mais également pour atténuer les tensions financières, qui avaient atteint, parfois, des niveaux extrêmement élevés. Plus récemment, l'annonce du programme d'opérations monétaires sur titres (Outright Monetary Transactions - OMT) s'est avérée un élément essentiel pour soutenir un resserrement généralisé des écarts de rendement des obligations souveraines de la zone euro, qui s'est accompagné d'un apaisement plus global des marchés financiers. " Les mesures prises par la BCE ne peuvent traiter les causes profondes de la fragmentation des marchés financiers, mais elles ont permis d'en atténuer les symptômes, en dégageant des marges de manoeuvre afin que les gouvernements et les institutions financières puissent s'attaquer aux origines profondes de la crise" , souligne en conclusion La Revue de la stabilité financière.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant