Les téléphones cryptés ne sont plus réservés aux élites politiques

le
0
Les téléphones cryptés ne sont plus réservés aux élites politiques
Les téléphones cryptés ne sont plus réservés aux élites politiques

Jusqu'alors réservés aux dirigeants politiques, les téléphones ultrasécurisés et cryptés se démocratisent pour viser PDG, avocats d'affaires, banquiers et journalistes échaudés par les révélations d'Edward Snowden et les risques d'espionnage économique.Il y a deux semaines, le groupe informatique français Bull dévoilait "Hoox", son smartphone "hautement sécurisé" accessible aux professionnels et aux entreprises au prix de 2.000 euros, disponible dès janvier, et qui permet de chiffrer les communications.Jeudi, le consortium portant le projet d'antivirus français Davfi a annoncé la sortie début 2014, pour le marché professionnel, de terminaux du commerce fonctionnant sous système d'exploitation Android, mais qu'il aura équipés de sa solution sécurisée cryptant la voix, les SMS, le système et les données.Les téléphones seront vendus "pour quelques centaines d'euros supplémentaires" par rapport à leur prix habituel.Ce marché jusqu'à présent ultra-confidentiel permet d'équiper en France le chef de l'Etat, certains ministres ainsi que des hauts fonctionnaires, qui utilisent le téléphone mobile chiffrant Teorem, construit par Thalès exclusivement pour l'Etat et qui permet de passer des communications sécurisées jusqu'au niveau "secret défense".Alors, qui sont les clients non-gouvernementaux susceptibles de recourir à des téléphones hautement sécurisés? "Des responsables d'entreprises -et pas forcément du CAC40- des avocats, des banquiers, et aussi quelques journalistes", indique à l'AFP Robert Avril, fondateur de la société pionnière Cryptofrance, qui a lancé dès 2008 ses premiers téléphones cryptés.Guerre économique"Depuis juillet, août, on n'a jamais été autant sollicités, avec des pics de visites extrêmement importants sur notre site. C'est lié à la reprise économique, mais aussi et surtout aux affaires Prism et NSA", indique-t-il, en allusion ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant