Les télécoms plombent le semestre de Bouygues

le
0
BOUYGUES PÉNALISÉ AU PREMIER SEMESTRE PAR SA DIVISION TÉLÉCOM
BOUYGUES PÉNALISÉ AU PREMIER SEMESTRE PAR SA DIVISION TÉLÉCOM

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Bouygues a vu ses résultats du premier semestre plombés par sa division télécoms, toujours affectée par la concurrence accrue sur le marché mobile français, mais relevé son objectif annuel de chiffre d'affaires avec le BTP.

Le groupe, présent dans la construction, la téléphonie et les médias, a abaissé l'objectif 2012 d'Ebitda de Bouygues Telecom à 900 millions d'euros, alors qu'il avait dit précédemment tabler sur un recul de 250 millions d'euros à 1.022 millions.

"L'accélération de la baisse du chiffre d'affaires au deuxième trimestre (-10%) reflète, dans le mobile, la mise en place des nouveaux tarifs et le recul du parc clients, alors que le chiffre d'affaires du haut débit fixe est en croissance de 40%", a commenté le groupe dans un communiqué.

Au premier trimestre, le chiffre d'affaires de Bouygues Telecom avait baissé de 3%.

L'arrivée en janvier de Free (Iliad) sur le marché français du mobile a entraîné des départs massifs d'abonnés chez les trois autres opérateurs et les a contraint à contre-attaquer en abaissant leurs prix.

"Après une perte nette de 379.000 clients mobile pour Bouygues Telecom au premier trimestre 2012, l'agitation du marché s'est progressivement réduite", a précisé le groupe.

La fuite des clients s'est ainsi fortement ralentie au deuxième trimestre à 71.000, une baisse imputable aux clients prépayés tandis que les abonnés sous contrat ont enregistré pour leur part une croissance nette de 55.000.

OBJECTIF 2012 DE CA RELEVÉ AVEC DEUX ACQUISITIONS

Cette amélioration n'a pas suffi à inverser la tendance sur l'ensemble du premier semestre: le résultat opérationnel courant de Bouygues Telecom a chuté de 55% tandis que le résultat net de la division a dégringolé de 57%.

A l'échelle du groupe, le résultat opérationnel semestriel s'est contracté de 37% à 476 millions d'euros tandis que le résultat net, part du groupe, a baissé de 29% à 278 millions, pour un chiffre d'affaires en hausse de 2% à 15,5 milliards d'euros.

L'arrivée de Free a contraint Bouygues à engager un plan de restructuration de Bouygues Telecom dont il attend 300 millions d'euros d'économies sur les coûts commerciaux et d'exploitation de la division, avec un plein effet en 2013. Ces mesures, dont le coût est chiffré à 150 millions d'euros environ, passent également par un plan de plus de 550 départs volontaires.

Malgré la performance de la division télécoms, Bouygues a relevé de 40 millions d'euros l'objectif 2012 de chiffre d'affaires de Bouygues Telecom grâce à l'acquisition de Darty Telecom annoncée en mai. L'objectif de chiffre d'affaires annuel de la branche construction, deuxième contributrice au CA après la route, a été lui relevé de 100 millions d'euros grâce à l'acquisition annoncée en avril du britannique Thomas Vale .

Les prises de commandes dans la construction ont été très élevées en France et à l'international, portant le carnet à un record de 28,6 milliards d'euros, tandis que dans l'immobilier, les réservations ont baissé de 26% à cause de l'attentisme du marché et du recul de l'investissement locatif avec notamment la fin programmée du Scellier.

Au total, Bouygues vise désormais en 2012 un CA de 32,8 milliards d'euros, contre un objectif précédent de 32,65 milliards.

TF1, filiale du groupe Bouygues, a quant à elle déjà publié ses propres résultats fin juillet. Le groupe de télévision a déclaré qu'il entendait poursuivre ses réductions de coûts après une baisse des résultats au deuxième trimestre, mais le marché a salué une publication meilleure que prévu et un recul moins marqué des recettes publicitaires par rapport à celui subi par M6.

Avant cette publication, l'action Bouygues a clôturé en baisse de 2,77% à 21,91 euros, donnant une capitalisation boursière de l'ordre de sept milliards d'euros. Depuis le début de l'année, le titre a perdu près de 10%, après une baisse d'environ 25% sur l'ensemble de 2011.

Edité par Gwénaëlle Barzic

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant