Les taxis mobilisés contre les VTC et la TVA

le
3
LES TAXIS SE MOBILISENT CONTRE LES VTC
LES TAXIS SE MOBILISENT CONTRE LES VTC

PARIS (Reuters) - Plusieurs centaines de taxis en grève contre la hausse de la TVA dans les transports et la concurrence des chauffeurs privés ont provoqué lundi d'importantes perturbations sur les axes routiers d'Ile-de-France, où des incidents ont été signalés.

Ils menacent d'un nouveau mouvement le 10 février.

Les chauffeurs de taxi, qui répondent à l'appel de cinq syndicats (CFDT, CGT, FO, SDCTP, CST) s'étaient donné rendez-vous lundi matin aux aéroports de Roissy-Charles de Gaulle et d'Orly où ils ont empêché des prises en charge de clients avant de converger vers les Invalides, dans le centre de Paris.

Des passagers et des chauffeurs privés ou chauffeurs de taxi non-grévistes ont fait état, via Twitter notamment, d'agressions de la part de grévistes : insultes, jets d'oeufs et de pierres, vitres, rétroviseurs cassés, pneus crevés...

"Nous dénonçons fermement les agressions dont certains de nos chauffeurs ont été victimes aujourd'hui", a déclaré dans un communiqué Yan Hascoet, PDG de Chauffeur-Privé, société de véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC).

"Au-delà de l'impact financier lié à la dégradation des véhicules cibles de jets d'?ufs et de pierres (parfois avec des clients), nos chauffeurs sont bien évidemment choqués par ce qu'ils ont vécu", a-t-il ajouté.

Selon Yan Hascoet, deux chauffeurs de la société se sont fait agresser près de la gare Montparnasse et à l'aéroport d'Orly. Des chauffeurs de la société Uber ont également été pris à partie.

LES TAXIS "SUR LEUR FAIM"

Des barrages ou des opérations-escargot ont provoqué des embouteillages sur les autoroutes A1, A6A et A106, selon la Direction des routes Ile-de-France (DiRIF).

Plus d'une centaine de taxis ont manifesté également dans le centre de Marseille, engendrant d'importantes perturbations.

Les chauffeurs de taxis, soumis à une réglementation stricte et onéreuse (une "plaque" coûte en moyenne entre 50.000 et 250.000 euros), dénoncent la concurrence déloyale exercée selon eux par les VTC, qui bénéficient d'une législation plus souple.

Les taxis ont obtenu en décembre l'application d'un décret gouvernemental imposant aux chauffeurs privés - qui n'ont pas le droit de prendre des passagers dans la rue sans réservation - de respecter un délai de 15 minutes entre la réservation et la prise en charge du client.

L'Autorité de la concurrence juge que cette mesure introduit "des distorsions de concurrence injustifiées". Les sociétés de VTC ont déposé vendredi dernier un recours en référé devant le Conseil d'Etat.

Les chauffeurs de taxis réclament plus de garde-fous, comme une course minimum imposée de 60 euros pour les VTC, un gel des licences et un nouvel allongement des délais entre la réservation et la prise en charge.

Autre motif de leur colère : le relèvement du taux de TVA dans les transports, depuis le 1er janvier, de 7% à 10%. Les syndicats réclament le retour à un taux de 5,5%, en vigueur jusqu'au début 2012.

Une délégation a été reçue lundi au ministère de l'Intérieur.

"Nous sommes restés sur notre faim", a dit Nordine Dahmane, secrétaire général de FO-UNCP Taxi, à l'issue de la réunion.

"Mises à part des futures rencontres avec les ministères concernés pour essayer d'avancer sur les différents dossiers, on n'a rien obtenu de concret et on a promis de revenir le 10 février", a-t-il ajouté.

Sophie Louet et Marine Pennetier avec Jean-François Rosnoblet à Marseille, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8553650 le lundi 13 jan 2014 à 20:04

    Courtoisie? vous connaissez? les chauffards de taxi doivent se remettre en question point barre, retour de baton en pleine face à jouer les malins arrogants eh ben on va voir ailleurs!

  • glaty le lundi 13 jan 2014 à 15:04

    BEAUCOUP D'ARNAQUEURS CHEZ LES TAXIS ET PAS SEULEMENT A PARIS.AU POINT QUE BEAUCOUP D'ORGANISATIONS DE CONGRES EN TOUS GENRES ONT FAIT LE CHOI DE SUPPRIMER LES TAXIS POUR LES REMPLACER PAR DES VOITURES AVEC CHAUFFEURS EMPLOYES PAR CES MEMES ORGANISATEURS; C'EST VOUS DIRE L'EMPLEUR DE L'ARNQUE DES CHAUFFEURS DE TAXIS A L'ENCONTRE DES CONGRESSISTES LORS DE LEURS DEPLACEMENTS AEROPORT HOTEL OU HOTEL LIEU DU CONGRES

  • M7341769 le lundi 13 jan 2014 à 14:50

    Qui aura le courage de réformer ???