Les taxis low cost tentent une percée

le
0
Les artisans taxi dénoncent des méthodes et des tarifs défiant toute concurrence.

Après les manifestations, la justice. Les artisans taxis d'Avignon n'en démordent pas: Easy Take, une société de taxi low cost créée en février 2010 dans leur ville, leur fait une concurrence déloyale. Me Patrick Gontard, leur avocat, a donc demandé mardi devant la Cour d'appel de Nîmes une cessation d'activité ou une interdiction d'exercer.

«Easy Take fait du taxi déguisé. Sous couvert d'une licence de tourisme, cette société transporte des gens pour revenir de boîtes de nuit ou pour aller prendre un train. Ses chauffeurs font de la maraude alors qu'ils n'en ont pas le droit», souligne Me Gontard. Pour ce dernier, certaines obligations comme le type de véhicule et sa longueur ou la nécessité pour chaque chauffeur d'avoir une licence personnelle délivrée par la préfecture ne sont pas respectées.

Prix cassés

Le syndicat des artisans taxi n'a pas fait la démonstration de l'existence d'une concurrence ou d'une clientèle commune», ou de la commission d'une ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant