Les taxis enfin obligés d'accepter les cartes bancaires

le
0
Être obligé d'être équipé d'un terminal de paiement électronique est une chose ; s'en servir en est une autre.
Être obligé d'être équipé d'un terminal de paiement électronique est une chose ; s'en servir en est une autre.

Certains chauffeurs de taxi vont-ils s'entêter à répondre que leur lecteur de carte bleue est malheureusement en panne pour être payés en liquide ? En tout cas, à compter de début octobre, ils seront au moins obligés d'être équipés d'un terminal de paiement électronique. Adieu le paiement en liquide et les « arrangements » qu'ils permettaient à bon nombre de chauffeurs ? Sans doute pas, mais cette entrée en vigueur d'une des dispositions de la loi Thévenoud visait clairement à améliorer la réputation des taxis, alors que la « guérilla » contre la déferlante des VTC faisait rage : au-delà de la disponibilité et de la qualité de la prise en charge, le paiement électronique faisait en effet partie des points à corriger pour améliorer l'image de la profession.

Les flous du texte

Pour autant, cela fait déjà longtemps que tous les véhicules du mastodonte du secteur, les taxis G7, sont dotés d'un terminal de paiement. L'heure est maintenant, comme pour les réservations, au paiement direct via une appli sur smartphone. Seul bémol : les imprécisions qui demeurent dans la formulation même du texte : si les chauffeurs sont tenus de disposer d'un terminal de paiement électronique (TPE), rien ne les oblige à l'utiliser, et rien n'interdit de ne pas accepter les paiements par carte bleue en dessous d'un certain montant. Un texte pour rien ou presque, alors ? La compagnie G7 a au contraire décidé d'en faire un...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant